•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des écoles primaires demeurent fermées aux limites du Grand Montréal

Des commissions scolaires ont « mal interprété » l'arrêté du ministre Roberge, explique son cabinet.

Une banderole entoure les installations de balançoires dans une cour d'école.

De nombreuses écoles situées à la frontière de la région métropolitaine demeurent fermées malgré la volonté du ministre Roberge de les rouvrir.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le retour en classe édicté par le gouvernement Legault entraîne son lot de confusion sur la Rive-Nord et sur la Rive-Sud.

De nombreuses écoles primaires qui auraient normalement dû rouvrir cette semaine demeurent fermées en Montérégie, dans les Laurentides et dans Lanaudière.

La confusion s'explique par le fait que ces écoles sont gérées par des commissions scolaires dont l'emprise s'étend à la fois sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et au-delà de celle-ci.

Les dates de réouverture ne sont pas les mêmes. Alors que les écoles primaires de la CMM ne rouvriront pas avant le 25 mai, les autres devaient l'être dès lundi, comme ordonné le 27 avril par le ministre Jean-François Roberge. Tout au plus pouvaient-elles étaler cette rentrée sur trois jours.

Or, certaines commissions scolaires de la Rive-Sud et de la Rive-Nord ont décidé d'opter pour un retour en classe le 25 mai pour toutes leurs écoles... y compris celles situées à l'extérieur de la CMM.

Une carte de la CMMAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La CMM inclut 82 municipalités réparties sur l'île de Montréal et en banlieue.

Photo : CMM

C'est le cas de la Commission scolaire (CS) des Trois-Lacs, en Montérégie, qui écrit sur son site web que, considérant que plusieurs établissements de la commission scolaire sont situés sur le territoire de la CMM [...], les écoles primaires et les services de garde reprendront leurs activités à partir du 25 mai 2020.

Pourtant, plus de la moitié des municipalités desservies par la commission scolaire des Trois-Lacs ne font pas partie de la CMM.

C'est aussi le cas de la CS de la Seigneurie-des-Mille-îles, dans les Laurentides, et de la CS des Affluents, dans Lanaudière, qui ont reporté la rentrée au 25 mai dans toutes leurs écoles primaires, y compris à Saint-Placide et à L'Épiphanie, et même si ces deux municipalités ne font pas partie de la CMM.

La CS des Grandes-Seigneuries, en Montérégie, a également annoncé jeudi que les écoles primaires de Napierville, Saint-Bernard-de-Lacolle, Saint-Édouard, Saint-Michel, Saint-Patrice-de-Sherrington, Hemmingford, Saint-Rémi et Sainte-Clotilde ne rouvriront pas leurs portes avant le 21 mai. Ce sont des municipalités toutes situées en dehors de la CMM.

Des commissions scolaires irréprochables

Cela étant dit, d'autres commissions scolaires à califourchon sur la frontière de la CMM ont respecté scrupuleusement les ordres du ministre Roberge.

En Montérégie, la CS de la Vallée-des-Tisserands, par exemple, a rouvert toutes ses écoles primaires sauf celles de Beauharnois. Même chose pour la CS des Hautes-Rivières, qui a mis sur pause le déconfinement des élèves de Saint-Mathias et de Richelieu.

À l'inverse, la CS des Patriotes n'a rouvert ses écoles que dans quatre municipalités situées en dehors de la CMM, à Saint-Denis, Saint-Antoine, Saint-Charles et Saint-Marc.

Située à l'extérieur de la CMM, la CS des Samares a également rouvert l'ensemble de ses écoles cette semaine, sauf celles de la MRC de Joliette, qui a obtenu la permission la semaine dernière d'attendre encore quelque peu pour des raisons sanitaires.

Un « malentendu », selon le cabinet du ministre Roberge

Interrogé sur cette rentrée quelque peu confuse, le cabinet du ministre Jean-François Roberge admet que des commissions scolaires ont mal interprété l'arrêt ministériel sur la réouverture progressive des établissements préscolaires et primaires.

Depuis, le malentendu a été dissipé, assure-t-on.

Dans une déclaration transmise à Radio-Canada mardi soir, le cabinet du ministre Roberge dit avoir contacté les commissions scolaires concernées pour apporter les éclaircissements nécessaires.

Celles-ci se sont engagées à ouvrir leurs établissements situés en zone froide dès mardi prochain, précise-t-on.

La liste complète des commissions scolaires ne s'étant pas scrupuleusement pliées à l'arrêté ministériel sur la réouverture des écoles primaires n'était pas disponible, mardi soir.

Avec la collaboration de Caroline Lacroix

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !