•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saguenay lance un appel d'offres pour le traitement des matières organiques

Quelqu'un verse des déchets de table dans un bac de compost brun.

Saguenay souhaite instaurer les bacs bruns en 2022.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marc Belzile

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Saguenay est à la recherche d’une entreprise qui se chargera du traitement des matières organiques récupérées sur son territoire à partir de 2022. C’est à ce moment que seront implantés les bacs bruns.

Un appel d’offres a été publié en ce sens à la fin du mois d’avril. La compagnie choisie décrochera un contrat d’une durée de 10 ans.

Au terme d’un exercice de consultation et après analyse de différents scénarios, Saguenay a opté pour le compostage ouvert au détriment de la biométhanisation. Ceci lui permettra de générer du compost de catégorie A, lequel pourra être revalorisé.

On espère que les entreprises qui sont installées en région vont pouvoir répondre à cet appel d'offres avec des prix très compétitifs, dit le conseiller municipal et président de la commission du développement durable, Simon-Olivier Côté.

Saguenay ne peut cependant pas favoriser des entreprises d’ici, puisque la Loi sur les cités et villes l’oblige à opter pour le plus bas soumissionnaire.

5 millions pour l’achat des bacs

L’achat des bacs bruns nécessitera un investissement de 5 millions $ en provenance des coffres municipaux.

« Il y a une subvention qui vient du gouvernement là-dessus. Ça devrait donc coûter autour de 3,4 millions de dollars pour les citoyens sur un horizon de 15 ans. »

— Une citation de  Simon-Olivier Côté, président de la commission Environnement et développement durable

Saguenay évalue que la collecte et le traitement des matières organiques devraient coûter entre 25 $ et 50 $ de plus par année aux citoyens, ce qui se reflétera sur le compte de taxes foncières.

Les entreprises ont jusqu’au 5 août prochain pour déposer une soumission. L’implantation d’infrastructures permettant de traiter les matières putrescibles devrait coûter entre 10 et 20 millions, tout dépendant des soumissions reçues.

D’après un reportage de Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...