•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau n’est pas pressé d’ouvrir les frontières avec les États-Unis

Le premier ministre Justin Trudeau.

Justin Trudeau

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau a montré de la prudence sur la question de la réouverture des frontières avec les États-Unis.

Lors de son point de presse quotidien, mardi, M. Trudeau a laissé entendre que le Canada n’est pas pressé d’assouplir les restrictions de voyage à la frontière américaine pour permettre les voyages non essentiels. L’entente sur la fermeture des frontières entre les deux pays arrive à échéance le 21 mai.

Le premier ministre a été interpellé à plusieurs reprises au sujet d’une éventuelle prolongation de cette entente entre Ottawa et Washington.

Nous allons être très, très prudents sur la réouverture de tout voyage international, y compris aux États-Unis, avant de sentir que le moment est venu, a-t-il déclaré.

M. Trudeau a indiqué qu'il fallait d'abord maîtriser l'épidémie au Canada.

À partir de ce moment-là [l’ouverture des frontières], on va être vulnérables à l'arrivée de cas de l'extérieur du Canada. Et c'est pour ça que nous allons devoir être extrêmement vigilants et extrêmement attentifs sur comment nous allons assurer que la COVID ne rentre pas au Canada. [...] Donc, nous allons être [...] extrêmement posés dans nos gestes par rapport à la réouverture de déplacements internationaux, a-t-il assuré.

Vendredi dernier, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a déclaré être contre l'ouverture des frontières.

Quand la vice-première ministre, Chrystia Freeland, a évoqué lundi une augmentation inévitable de la circulation après l’ouverture des frontières, le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a fait savoir au premier ministre Trudeau qu'il s'opposait à l'ouverture des frontières.

Visiblement, M. Trudeau a tenté de rassurer les deux premiers ministres provinciaux qui s'opposent à l’ouverture des frontières pour le moment.

De son côté, la Dre Theresa Tam, la directrice de l’Agence de la santé publique du Canada, a évoqué mardi cette question en termes clairs en répondant à la question d'un journaliste : Bien sûr, les États-Unis étant un pays qui a encore des cas et tente encore de gérer des éclosions, il représente un risque pour le Canada [...], donc, nous devons prendre cela en considération.

Les frontières avec les États-Unis ont été fermées d'un commun accord entre les deux pays le 21 mars dernier. Le 18 avril, M. Trudeau avait annoncé une prolongation de la fermeture de 30 jours.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique