•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UQAT se prépare à une rentrée virtuelle à l’automne

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

L'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (archives)

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Paquin

Le personnel de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue se prépare à accueillir les étudiants à l’automne 2020.

Avec les mesures de distanciation, les cours pourraient se donner autrement qu’en classe, selon le recteur de l’UQAT, Denis Martel. Plusieurs scénarios sont étudiés et la formation pourrait être ajustée en cours d’année.

Bien qu’il n’y ait pas encore de certitude sur la possibilité pour un étudiant étranger de se déplacer en Abitibi-Témiscamingue, leur inscription peut être acceptée.

Denis Martel explique que si l’établissement d’enseignement peut les accueillir, ils devront se placer en isolement pendant deux semaines à leur arrivée dans la région.

Une autre solution, c’est de reporter d’une session et de les admettre à partir de janvier ou encore de faire en sorte qu’ils puissent débuter et suivre leur formation à distance à partir de chez eux dans leur pays d’origine et venir au Québec en Abitibi-Témiscamingue seulement en janvier, par exemple, ajoute le recteur de l’UQAT.

Retour des chercheurs dans les locaux

À l’UQAT, certains travaux ne peuvent se faire à distance et c’est pourquoi cette semaine, des chercheurs retournent dans les laboratoires. Le recteur soutient que des protocoles ont été mis en place pour assurer leur sécurité.

Une des priorités est de permettre aux étudiants à la maîtrise et au doctorat de pouvoir terminer leurs études. L’autre priorité est de pouvoir répondre aux différents partenariats.

Une douzaine de personnes posent sur une mezzanine de l'UQAT.

L'UQAT, l'école Polytechnique et six entreprises minières ont renouvelé leur partenariat jusqu'en 2026.

Photo : Mélissa Roy

On venait de signer en début d’année une nouvelle entente avec l’Institut Polytechnique et six grandes entreprises minières, une entente sur sept ans avec plusieurs millions de dollars à la clé pour pouvoir réaliser un certain nombre d’études, d’analyses et de recherche avec eux sur l’amélioration de la gestion environnementale des agents miniers, affirme Denis Martel.

La session d’été a débuté le 27 avril et les cours se donnent à distance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Éducation