•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pandas géants du zoo de Calgary retournent en Chine

Un panda grimpe sur un rocher, un autre grimpe sur une branche d'arbre.

Le public pourra dire un dernier adieu virtuel aux deux pandas au moyen de la PandaCam du zoo de Calgary.

Photo : Radio-Canada / Martin Trainor

Les deux pandas géants du zoo de Calgary, Er Shun et Da Mao, reprendront sous peu le chemin de la Chine alors que le zoo éprouve de la difficulté à s’approvisionner en bambou frais depuis l’interruption des vols entre l’Alberta et la Chine.

Depuis quelques mois, on fait face à beaucoup de problèmes quant à l’acquisition de bambou, explique le directeur du zoo de Calgary, Clément Lanthier.

Le transport et la manutention ont été grandement affectés par l’arrivée de la pandémie. Certains vols internationaux ont cessé leur voyage, comme celui reliant la Chine à Calgary.

Le zoo s’était alors tourné vers Toronto pour son importation de bambou, mais la fréquence des vols entre la Chine et Toronto a été réduite empêchant un approvisionnement régulier.

Après plusieurs essais infructueux pour s’approvisionner aux États-Unis, le bambou arrive dorénavant de Vancouver, mais à long terme cette solution n’est pas viable.

Il y a un risque significatif qu’on ne puisse pas obtenir du bambou frais de façon régulière pour nourrir les pandas.

Clément Lanthier, directeur du zoo de Calgary
Clément Lanthier debout devant des affiches avec l'image des deux pandas.

Clément Lanthier demande aux gouvernements de faire le nécessaire pour permettre aux deux pandas de partir rapidement.

Photo : Radio-Canada / Jean François Bouthillette

Un seul panda adulte mange environ 40 kg de bambou frais par jour. Les livraisons doivent donc se faire minimalement deux fois par semaine pour éviter un bambou sec que le panda boudera.

Les pandas mangent presque exclusivement du bambou et uniquement du bambou frais, explique le directeur du zoo.

Jamais personne n’aurait pu penser qu’une pandémie de cette ampleur-là puisse avoir tant d’impact sur l’approvisionnement.

Clément Lanthier, directeur du zoo de Calgary

Retour à la maison

Le retour à la maison s’annonce toutefois compliqué pour Er Shun et Da Mao, puisque le transport d’espèces menacées est strictement réglementé.

On implore les gouvernements canadien et chinois d’accélérer le processus pour délivrer rapidement les permis d’exportation et d’importation, demande le directeur du zoo de Calgary qui se demande aussi quelles seront les restrictions sanitaires à l’entrée en Chine.

Le bien-être animal, ce n’est pas quelque chose sur lequel on peut faire un compromis. On a un devoir, une responsabilité vis-à-vis ces animaux quel qu’il soit, mais le risque d’approvisionnement en bambou est trop grand et trop incertain, conclut-il.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !