•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation du journaliste Antoine Trépanier : trois policiers cités en déontologie

L'écusson du Service de police de la Ville de Gatineau sur l'uniforme d'un policier.

Trois agents du Service de police de la Ville de Gatineau ont été cités à comparaître devant le Commissaire à la déontologie du Québec dans cette affaire.

Photo : Radio-Canada

Trois agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) ont été cités à comparaître devant le Commissaire à la déontologie du Québec à la suite de l’arrestation du journaliste Antoine Trépanier en 2018.

Dans une lettre adressée à M. Vania Atudorei, un professeur de cégep de Montréal qui avait porté plainte il y a deux ans de cela contre cette arrestation qu’il considérait comme une atteinte à la démocratie, le Commissaire en déontologie policière du Québec a accepté de se pencher sur cette affaire.

Le Commissaire convoquera par conséquent l'agent Mathieu LaSalle-Boudria, le sergent Gabriel Gagné et le lieutenant Paul Lafontaine en audience pour déterminer si la conduite de ces policiers constitue un acte dérogatoire au Code de déontologie des policiers du Québec pouvant entraîner l’imposition d’une sanction.

Antoine Trépanier, qui est journaliste pour Radio-Canada à Ottawa-Gatineau, avait été arrêté par des policiers de Gatineau le 13 mars 2018, à la suite d’une plainte pour harcèlement criminel portée contre lui par la directrice générale de l'organisme Grands Frères Grandes Soeurs de l'Outaouais, Yvonne Dubé.

Cette dernière faisait à l’époque l’objet d’un reportage de M. Trépanier, qui révélait que Mme Dubé avait pratiqué le droit sans être membre du Barreau de l'Ontario pendant plusieurs mois.

Elle avait décidé de porter plainte contre M. Trépanier à la suite d’appels téléphoniques et d’un échange de courriels avec le journaliste, qui lui offrait de donner son point de vue dans le cadre de la publication de cette enquête.

Antoine Trépanier, journaliste de Radio-Canada à Ottawa-Gatineau.

Antoine Trépanier, journaliste de Radio-Canada à Ottawa-Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Après que Mme Dubé eut affirmé aux policiers qu’elle craignait pour sa sécurité, des agents de la police de Gatineau avaient sommé Antoine Trépanier de se présenter au poste de police pour être mis en état d’arrestation, à défaut de quoi il serait arrêté directement à son domicile. Le journaliste s'était rendu au poste de police en compagnie de ses patrons.

Le 22 mars, le Directeur des poursuites criminelles et pénales concluait qu'après examen du rapport d’enquête de la police, aucun acte criminel n’a été commis par le journaliste. Le Service de police de la Ville de Gatineau, de son côté, avait admis avoir fait une erreur et reconnu que ses agents n’avaient pas évalué correctement la situation dans cette affaire.

Le chef du SPVG à l'époque, Mario Harel, avait ajouté qu’en aucun cas les policiers n’ont procédé à l’arrestation de M. Trépanier dans le but de nuire à la liberté de presse ou de nuire à son travail.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Médias

Justice et faits divers