•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vidéoclip de rap : Horacio Arruda, ému, fait son mea culpa

Horacio Arruda, l'air songeur.

Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Radio-Canada

Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, s’est excusé mardi, en conférence de presse, d’avoir esquissé quelques pas de danse dans la vidéo de la chanson Oragio du rappeur Rod le Stod.

Cette vidéo, devenue virale lundi, a suscité des critiques sur les réseaux sociaux. Certaines personnes ont estimé qu’il était malvenu de voir Horacio Arruda danser alors que la COVID-19 fait un nombre élevé de morts au Québec. 

Au bord des larmes, Horacio Arruda a présenté ses plus sincères excuses. Il a expliqué que cela n’[avait] jamais été [son] intention de blesser qui que ce soit.

Les profits engendrés par le téléchargement de la chanson Oragio devaient être remis à un organisme aidant les jeunes itinérants à Montréal, avait précisé Rod le Stod sur sa chaîne YouTube.

COVID-19 : tout sur la pandémie

Consulter le dossier complet

Une représentation du coronavirus.

Toutefois, Dan Bigras, porte-parole du Refuge des jeunes, a indiqué lundi sur Twitter que l’organisme n’avait pas été consulté au préalable et qu’il se dissociait de cette démarche. 

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Radio-Canada et moi

Une infolettre qui vous ressemble, remplie de découvertes et de sujets choisis selon vos champs d’intérêt.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Radio-Canada et moi.