•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non à une réouverture de la frontière avec les États-Unis, plaide la Colombie-Britannique

La frontière canado-américaine à Peace Arch-Douglas fermée en date du 18 mars 2020.

Le 18 mars, le gouvernement canadien annonçait que la frontière canado-américaine était maintenant « fermée temporairement » aux déplacements non essentiels des habitants des deux pays.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Les autorités sanitaires et le gouvernement de la Colombie-Britannique souhaitent que la frontière avec les États-Unis reste fermée au-delà du 21 mai, date mettant fin à l’accord sur l’interdiction des voyages non essentiels.

Nous pensons que la frontière ne devrait pas être ouverte aux visiteurs pour le moment, affirme le ministre de la Santé, Adrian Dix, ajoutant que le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a fait connaître sa position à son homologue fédéral, Justin Trudeau.

Le Canada et les États-Unis discutent actuellement de la possibilité d’alléger les interdictions de voyages transfrontaliers, alors que les reprises économiques s’amorcent dans les deux pays.

Même si la frontière demeure fermée aux voyageurs non essentiels, le trafic augmentera, soutient la vice-première ministre, Chrystia Freeland. Nous verrons plus de Canadiens faire l'aller-retour, nous verrons plus d'activité commerciale, donc plus de voyages essentiels, prévoit-elle.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Une réouverture qui n'est pas dans notre intérêt

Nous avons des inquiétudes concernant l'ouverture de la frontière, a indiqué pour sa part la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, qui reconnaît toutefois que des exceptions pourraient être envisagées.

Je sais que c'est très difficile pour certaines familles divisées de chaque côté de la frontière, dit-elle. Nous pourrions examiner le regroupement familial.

Une réouverture des frontières n'est pas dans notre intérêt dans les semaines à venir.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique
Un camion de marchandises traverse un pont.

Plusieurs provinces pressent Ottawa de prolonger les mesures mises en place aux frontières.

Photo : AFP / GEOFF ROBINS

Le sentiment de la Colombie-Britannique reflète celui d'autres provinces comme le Québec et l'Ontario, où le premier ministre, Doug Ford, s'attend à devoir augmenter considérablement les moyens de dépistage à la frontière et dans les aéroports si les restrictions étaient levées.

Des milliers de personnes refoulés

Près de 3000 ressortissants étrangers se sont vu refuser l'entrée au Canada en provenance des États-Unis entre le 22 mars et le 3 mai parce que leur objectif de voyage n'était pas essentiel, selon l'Agence des services frontaliers du Canada.

Près de neuf personnes sur dix étaient des citoyens américains qui souhaitaient traverser la frontière à des fins récréatives, notamment pour faire de la randonnée, du canoë, pour accéder à une résidence saisonnière, assister à une fête d'anniversaire ou venir chercher un animal de compagnie.

Les chiffres révèlent également une forte baisse du trafic. Au cours de la semaine du 27 avril, les volumes ont diminué de 88 % aux passages à niveau et de 98 % dans les aéroports par rapport à la même période l'an dernier.

Depuis le 8 avril, tous les Canadiens de retour dans la province depuis l’étranger doivent présenter un plan d’auto-isolement de 14 jours aux autorités.

Avec les informations de Tanya Fletcher

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !