•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Salon du livre de l’Estrie annulé en raison de la pandémie

Une jeune fille qui lit un album pour enfant.

Le Salon du livre de l'Estrie, qui devait avoir lieu en octobre, est annulé.

Photo : Radio-Canada / Émilie Richard

Radio-Canada

Le 42e Salon du livre de l’Estrie, qui devait se tenir au Centre de foires de Sherbrooke en octobre, a été annulé. Se disant profondément attristé, le conseil d’administration a pris cette décision en raison de l’incertitude liée à la pandémie de la COVID-19.

À cette étape-ci de l’année, les organisateurs planchent, en temps normal, sur la préparation de l’événement et de sa programmation. Sans consignes claires de la part des autorités de santé, les administrateurs ont conclu qu’il était difficile d’organiser un tel événement.

Force est d’admettre qu’avec les paramètres dont on dispose, je pense que le CA a pris la bonne décision, affirme la directrice générale du Salon du livre de l’Estrie, Émilie Pinard. Cette dernière est bien consciente que cette décision pèse lourd sur les auteurs de la région, pour qui l’événement est une vitrine unique.

Le milieu du livre est particulièrement touché par la crise.

Émilie Pinard, directrice générale du Salon du livre de l’Estrie

Toutefois, les organisateurs de l'événement souhaitent continuer à soutenir les auteurs.

On va essayer de travailler avec l'Association des auteures et auteurs de l’Estrie et la Ville de Sherbrooke pour trouver une formule pour faire rayonner la littérature d’ici malgré tout, poursuit Émilie Pinard.

La Sherbrookoise Véronique Drouin, autrice de La Guillotine et Rivière-au-Cerf-Blanc également récipiendaire d'un prix du Gouverneur général pour son roman jeunesse L'importance de Mathilde Poisson, trouve cette situation triste mais pas si étonnante en cette période de pandémie.

Pour les auteurs, c’est toujours une occasion de sortir de nos antres de création pour pouvoir aller rencontrer nos lecteurs et nos collègues aussi, lance-t-elle. On va se reprendre et ça va juste être mieux après, croit-elle.

Un événement sous une autre formule?

La direction du Salon du livre de l’Estrie n’exclut pas de présenter un événement différent, qui pourrait prendre une forme virtuelle. On essaie d’analyser tous les scénarios possibles.

Il est cependant encore trop tôt pour confirmer quoi que ce soit, soutient Émilie Pinard.

On ne peut pas se commettre. On ne veut pas annoncer qu’on va créer un événement et annoncer qu’on va l’annuler par la suite, dit-elle.

Le Salon du Livre de l’Estrie espère continuer à collaborer avec les écoles.

On ne peut pas prédire ce à quoi aura l’air la rentrée. Les gens craignent une deuxième vague à l’automne. On y va à tâtons, résume Émilie Pinard.

Les bureaux du Salon du livre de l’Estrie sont fermés depuis la mi-avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Livres