•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les retards s'accumulent dans le traitement du cancer au Québec

Un homme âgé est allongé sur une civière dans un couloir d'hôpital.

La pandémie de coronavirus met à rude épreuve le système de santé qui était déjà surchargés avant la crise.

Photo : Getty Images / alvarez

Radio-Canada

En dépit du ton rassurant du ministère de la Santé, qui assure que les chirurgies urgentes sont effectuées malgré la pandémie qui monopolise le système hospitalier, des retards inquiétants sont constatés dans les soins destinés aux malades du cancer.

Selon le quotidien La Presse, plus de 700 patients atteints du cancer n’ont pu être opérés dans les délais prescrits par le ministère de la Santé, au cours du mois d’avril, en raison des bouleversements provoqués par le coronavirus.

C’est aussi ce que constate le Dr Martin Champagne, président de l’Association des médecins hématologues et oncologues du Québec (AMHOQ).

Le nombre d’inscriptions pour des patients en attente d’une chirurgie a diminué de façon très importante et, d’autre part, on observe que dans les salles de chimiothérapie, il y a aussi une nette diminution du volume d’activité, a confirmé le Dr Champagne en entrevue sur les ondes d’ICI Première.

Les examens aussi retardés

Le médecin hématologue et oncologue ajoute que des retards sont aussi constatés dans les départements d’endoscopie et de radiologie.

Il n’y a pas beaucoup de données qui sont disponibles à l’heure actuelle, précise-t-il, mais on peut constater que les deux voies d’accès principales pour un diagnostic de cancer, soit l’endoscopie, qui sont les examens pour évaluer le côlon, le rectum, la vessie et les poumons, et les biopsies en radiologie ont diminué de façon très importante dans la région de Montréal au cours des derniers mois quand on compare avril 2020 avec avril 2019.

Tout ça, ce sont des signaux d’alerte, prévient le président de l’AMHOQ.

Augmentation possible des décès dus au cancer

Considérant ces retards dans les opérations chirurgicales, auxquels s’ajoutent ceux dans le dépistage et les examens diagnostiques, le Québec s’expose à une augmentation notable des décès dus au cancer si rien n’est fait pour protéger l’accès à ces soins, craignent les hématologues et les oncologues.

Une étude vient d’être publiée en Angleterre, où on estime qu’avec le retard imposé par la COVID […] on aura une augmentation de la mortalité due au cancer qui pourrait atteindre jusqu’à 20 %, explique le Dr Champagne.

La réalité, c’est que le cancer tue davantage que la COVID au Québec.

Martin Champagne, Président de l’Association des médecins hématologues et oncologues du Québec

La situation est d’autant plus difficile à gérer en cette période de pandémie pour les médecins et les patients qui luttent contre le cancer que tout n’est pas aussi transparent qu’on le voudrait au ministère de la Santé, déplore le médecin.

Il y a encore des messages contradictoires sur la disponibilité des équipements de protection individuelle, la capacité du système à hospitaliser des patients, remarque le Dr Champagne.

Présentement, on n’est pas capable d’hospitaliser, c’est l’un des points importants dans l’accessibilité à la chirurgie. Actuellement, les chirurgies qui sont faites en externe sont elles aussi diminuées, donc on n’a pas un portrait global juste.

Martin Champagne, Président de l’Association des médecins hématologues et oncologues du Québec

On nous dit toujours : "Tout va bien bien", mais il faudrait un portrait plus global de la santé québécoise et de l’impact que ça aura avec ce déconfinement, s’inquiète le Dr Champagne. Il faut, au moment où on parle de déconfinement, éviter à tout prix la congestion hospitalière. Il faut trouver des solutions pour permettre l’accessibilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Santé