•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anthony Fauci craint une levée trop rapide des restrictions aux États-Unis

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le témoignage d'Anthony Fauci est diffusé sur un écran derrière des sénateurs américains.

Le reportage de notre correspondant Jean-François Bélanger

Photo : Getty Images / Win McNamee

Radio-Canada

Au moment où le président Donald Trump presse les États de faire redémarrer l'économie américaine et où plusieurs d'entre eux ont amorcé leur processus de déconfinement, l'épidémiologiste en chef de la Maison-Blanche, Anthony Fauci, a mis en garde le Sénat contre une levée trop rapide des restrictions.

Devenu une figure rassurante pour de nombreux Américains depuis le début de la crise, l'éminent scientifique, qui conseille quotidiennement le président, faisait partie des experts médicaux entendus mardi par un comité du Sénat pendant une audition ayant duré 3 h 30.

Si un État, une ville ou une région décident de rouvrir leur économie avant que les conditions nécessaires ne soient réunies, les conséquences pourraient être très graves, a souligné le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses.

Non seulement cela provoquera des morts et de la souffrance inutiles, mais cela nous retarderait dans notre quête vers un retour à la normale, a soutenu l'immunologiste de 79 ans, en soulignant que l'épidémie n'était toujours pas maîtrisée dans plusieurs régions du pays.

Si nous sautons les étapes des recommandations afin de rouvrir le pays, nous courons le danger de flambées de contagion à travers le pays.

Le Dr Anthony Fauci

Je pense que nous allons dans la bonne direction, mais la bonne direction ne signifie en aucun cas que nous contrôlons totalement l'épidémie, a-t-il dit.

Membre de la cellule de crise de la Maison-Blanche sur la COVID-19, le Dr Fauci est actuellement en quarantaine en raison d'une exposition possible au coronavirus, et il participait donc à cette audition à distance.

L'expert a rappelé que les Instituts américains de la santé (NIH) avaient développé des protocoles à respecter avant d'entamer différentes phases de déconfinement, qui incluent une diminution du nombre de cas sur une période de 14 jours.

Je mets en garde les États, les villes ou les régions qui voudraient outrepasser ces protocoles : cela pourrait provoquer des hausses de cas qui pourraient ensuite se transformer en foyers d'éclosion, a-t-il ajouté.

Le nombre de cas réels de COVID-19 aux États-Unis est probablement plus élevé que les chiffres officiels, a-t-il admis.

Avec plus de 83 000 morts et plus de 1,4 million de cas officiellement déclarés, le pays est de loin le plus touché par la pandémie.

L'Institute Health Metrics and Evaluation (IHME) de l'Université de Washington prévoit désormais que plus de 137 000 Américains mourront d'ici le mois d'août, un nombre revu à la hausse en raison du processus de déconfinement.

Les États-Unis, mieux préparés pour une deuxième vague

Le Dr Fauci s'est toutefois voulu rassurant quant à une deuxième vague de COVID-19 à l'automne ou au début de l'hiver.

Si cette deuxième vague est tout à fait possible et envisageable, le conseiller du président espère qu'étant donné leur capacité de réaliser des tests et d’accumuler du matériel de protection, les États-Unis seront capables de [la] gérer.

Mais il n'y aura pas de vaccin avant le retour en classe, a-t-il affirmé.

Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines, mais nous sommes mieux préparés, a pour sa part déclaré le directeur des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), le Dr Robert Redfield, qui semble avoir été mis sur la touche par le président Trump.

Interrogé sur la date de publication des recommandations des CDC sur la réouverture du pays, il est resté vague, répondant qu'elles seraient bientôt sur le site web.

La semaine dernière, l'Associated Press signalait que la Maison-Blanche avait décidé de ne pas publier le guide ébauché par les CDC, car elle le trouvait trop détaillé.

Trump et Pence maintiendront leurs distances

Le vice-président Mike Pence, dont une proche collaboratrice a reçu un diagnostic positif de COVID-19 la semaine dernière, a par ailleurs décidé de garder ses distances avec le président pendant quelques jours, a indiqué la Maison-Blanche.

La Maison-Blanche concentre depuis des jours son message sur la nécessité de faire redémarrer le pays.

Notre capacité de tests est la meilleure du monde, et de loin, a encore affirmé le président américain Donald Trump sur Twitter mardi matin.

Les chiffres baissent dans la plupart des régions de notre pays, qui veut rouvrir et redémarrer. C'est ce qui est en train de se passer, en toute sécurité!

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !