•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le proche aidant Roméo veut prendre soin de sa Juliette

Il y a quelques jours, Ghislain Racine a loué une plateforme élévatrice pour aller visiter sa douce, qui réside en CHSLD.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Radio-Canada

Le retour des proches aidants en CHSLD n’a pu se faire dans tous les établissements de la région, lundi, ce qui en a déçu plus d’un. À commencer par Ghislain Racine, que certains connaissent maintenant comme le Roméo du Saguenay.

Son histoire a ému tout le Québec il y a quelques jours, lui qui avait si hâte d’aller prendre soin de sa Juliette, Evelyne Potvin, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Ghislain Racine a utilisé une plateforme élévatrice pendant une semaine pour aller saluer l'élue de son coeur à la fenêtre d’un CHSLD de Jonquière. Son objectif : qu'elle ne l'oublie pas.

Avant la pandémie de COVID-19, il visitait sa femme tous les jours et l'amenait à la maison chaque week-end. Mais le confinement des résidents en CHSLD les a séparés pendant de longues semaines.

Après 50 ans, pour faire ce que je fais, il faut qu'il y ait de l'amour quelque part, concède l’octogénaire, qui avait exprimé ses besoins à l’entreprise Lou-Tec d’Alma. Au final, le gérant de la succursale a communiqué avec son collègue de Jonquière pour faire du rêve de Ghislain Racine une réalité. Une plateforme a été mise à sa disposition gratuitement.

Une photo d'époque d'une femme.

Ghislain Racine était prêt à tout pour voir sa conjointe des 50 dernières années, Évelyne Potvin, qui était confinée dans un CHSLD en raison de la COVID-19.

Photo : Courtoisie

Avec l'annonce du gouvernement sur le retour des proches aidants dans les centres d'hébergement à compter du 11 mai, Ghislain Racine espérait pouvoir à nouveau chouchouter l'amour de sa vie quotidiennement.

Je lui mets tout le temps du Cutex sur tous les ongles. On change de couleur toutes les semaines.

Ghislain Racine, conjoint d'une résidente en CHSLD

Ghislain Racine ne pourra bénéficier que d'une seule heure, mardi, auprès de sa tendre moitié, une situation qui l'exaspère.

Ils ne sont pas tout à fait encore prêts. Ils n’ont pas encore défini les personnes avec le temps. Mais là, du temps, je n’en ai pas beaucoup. C'est important parce que quand je suis avec elle, je la stimule tout le temps. Je ne la lâche pas. On est à la maison, je la flatte, je lui parle. Elle n’a pas le temps de vieillir, raconte-t-il.

Une photo d'Evelyne Potvin en CHSLD.

Ghislain Racine a très hâte de chouchouter sa douce, Evelyne Potvin, et de la divertir.

Photo :  courtoisie

Il aimerait pouvoir s'occuper de sa belle de 74 ans au moins 3 fois par semaine. Si ce n’est pas possible, il envisagera de la retirer du CHSLD des Pensées. Selon lui, il s’agirait d’une décision crève-cœur en raison du travail formidable que les employés du centre d’hébergement, ces « anges », comme il les appelle, font pour son épouse.

Patience, dit le CIUSSS

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean explique qu’un calendrier de visites pour les proches aidants significatifs a été établi par les gestionnaires d’établissements, à la suite de l’annonce de la ministre Marguerite Blais. Ces mesures permettent, dit le CIUSSS, d’assurer la sécurité des résidents et d'éviter qu’ils se bousculent vers une installation.

Il est possible que, dans certains milieux, les nouvelles mesures soient encore en déploiement à l'heure actuelle, d'où le pourquoi certains proches aidants n'ont peut-être pas été en mesure d'entrer dans le milieu de vie ce matin, a expliqué Romane Le Gallou, de la direction des communications du CIUSSS.

D'après le reportage de Priscilla Plamondon Lalancette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Établissement de santé