•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le CIUSSS s'inquiète de la hausse des décès dans Hochelaga-Maisonneuve

Le nombre de décès a presque doublé en 10 jours.

Une personne âgée portant un masque et tirant un porte-sac marche sur un trottoir à Montréal.

L'arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve comporte une importante population de personnes âgées de 65 ans et plus.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le nombre de décès et de cas confirmés de COVID-19 ne cesse d’augmenter dans l'arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. À tel point que le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal sollicite l’expertise de la Direction régionale de la santé publique de Montréal.

Depuis une semaine, des cliniques de dépistage mobiles à bord d’autobus de la STM sillonnent des points chauds de la ville tels que Montréal-Nord, Rivière-des-Prairies et Verdun. Cette stratégie vise à augmenter l’accès aux diagnostics de la COVID-19 dans la population générale et d’isoler ceux à qui le coronavirus aurait pu être transmis.

Or, selon le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, il faut également se préoccuper de la situation dans Hochelaga-Maisonneuve (HoMa) dans les meilleurs délais.

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal a pris connaissance des données épidémiologiques pour le secteur de Hochelaga-Maisonneuve et nous constatons que le taux de décès est plus élevé qu’ailleurs sur notre territoire, écrit le porte-parole du CIUSSS Christian Merciari.

Il faut dire que le nombre de décès cumulés y a presque doublé en moins de 10 jours. La proportion des décès dus à la COVID-19 dans l’arrondissement par rapport à l’ensemble de l’île de Montréal est également passée de 8,9 % à près de 11 % depuis le début du mois de mai.

Nous avons demandé une analyse approfondie à la Direction régionale de la santé publique [de Montréal] afin de mieux comprendre ces données et les causes de ces décès. Les conclusions seront rendues publiques dès que nous les aurons reçues.

Christian Merciari, porte-parole du CIUSSS de l'Est-de-l’Île-de-Montréal

Contrairement à d’autres quartiers de Montréal où de nombreux CHSLD et résidences pour aînés sont à l’origine des éclosions, on n’en retrouve moins sur le territoire du CIUSSS dans Hochelaga-Maisonneuve. Le taux de cas confirmés y est pourtant au-dessus de la moyenne montréalaise.

Bien qu’il soit trop tôt à l’heure actuelle pour tirer des conclusions, nous croyons que plusieurs facteurs pourraient avoir contribué à cet état de fait, tels que la prévalence de maladies chroniques, comme le diabète ou les maladies pulmonaires obstructives, et du tabagisme, estime M. Merciari.

Mercier–Hochelaga-Maisonneuve de même qu’Ahuntsic-Cartierville, Montréal-Nord et Verdun ont tous plus de 15 % de leurs résidents qui ont plus de 65 ans, des gens qui risquent davantage de subir les complications du virus.

Comme le faisait remarquer vendredi dernier la directrice de santé publique de Montréal, Mylène Drouin, Montréal, [c']est l’épicentre [de la pandémie] au Canada; le dépistage est donc essentiel pour rouvrir certains secteurs. À la suite du dépistage, une autre clé au succès est de pouvoir enquêter dans les 24 heures les cas et retracer les contacts, les isoler.

Avec la collaboration de Mélanie Meloche-Holubowski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Société