•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les contrôles de température obligatoires, une atteinte à la vie privée?

Un homme qui pousse un panier marche devant un comptoir d'enregistrement d'Air Canada dans un aéroport.

Air Canada rendra obligatoires les contrôles de température pour tous les passagers, dès le 15 mai.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Air Canada rendra obligatoires, dès le 15 mai, les contrôles de température pour tout passager qui souhaite voyager à bord d'un de ses avions. Or, cette mesure, déjà qualifiée d'inefficace par la santé publique du Canada, soulève des inquiétudes quant à la protection de la vie privée des clients.

En introduisant ces contrôles obligatoires, le transporteur espère rassurer les clients qui souhaiteraient recommencer à voyager, lorsque ce sera possible, mais qui craignent de contracter la COVID-19.

La maladie a mis à mal l'industrie du tourisme à travers le monde et les compagnies aériennes planchent déjà sur des manières plus sécuritaires de voyager en avion.

Demander à chaque passager de fournir une telle information personnelle sans motif valable pourrait toutefois enfreindre les lois canadiennes de protection de la vie privée, soutiennent des experts.

Pour le moment, le gouvernement fédéral n'exige pas des compagnies aériennes qu'une telle mesure soit mise en place. L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, a même affirmé que les contrôles de température sont inefficaces pour déceler les personnes porteuses du nouveau coronavirus.

Dre Tam en conférence de presse.

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Plus on en apprend sur ce virus, plus on commence à comprendre que la prise de température n'est pas du tout efficace, a affirmé la Dre Tam le 4 mai dernier, au moment de l'annonce de l'implantation de contrôles par Air Canada.

Les gens peuvent masquer leur fièvre par des médicaments, et plusieurs personnes porteuses du virus ne présentent aucun symptôme, a-t-elle rappelé.

Une initiative « ridicule »

Ann Cavoukian, commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario de 1997 à 2014, n'hésite pas à qualifier de ridicule la décision d'Air Canada de devenir la première compagnie aérienne de l'Amérique du Nord à déployer de tels contrôles obligatoires.

C'est vraiment scandaleux ce qu'ils font, affirme Mme Cavoukian, qui craint que la mesure ne vise qu'à ramener les clients craintifs dans les avions, sans véritablement les protéger.

Si j'étais toujours commissaire, je serais très sévère et je demanderais à Air Canada quelles autorisations elle a pour recueillir de tels renseignements personnels, soutient l'ex-commissaire.

Le transporteur estime être tenu par la loi de s'assurer que ses clients puissent voyager en toute sécurité pendant la pandémie, et ce, sans mettre la sécurité des autres passagers en jeu.

Nous reconnaissons que la température de quelqu'un ne peut suffire pour déterminer si cette personne est atteinte de la COVID-19, mais nous voyons ces contrôles comme une mesure pour nous aider à satisfaire aux exigences du gouvernement qui nous demande d'être vigilants quant aux cas potentiels, explique Air Canada dans un échange avec CBC News.

La compagnie a été durement touchée par la pandémie. Air Canada, qui a affiché des pertes de 1 milliard de dollars lors du premier trimestre, se concentre désormais sur l'éventuelle relance de l'industrie, prévue pour juin actuellement.

Au ministère fédéral des Transports, on affirme ne pas avoir l'intention de rendre de tels contrôles obligatoires ou de recommander que les autres transporteurs emboîtent le pas à Air Canada.

Faux sentiment de sécurité?

Pour l'avocat spécialisé en droit de la personne, Paul Champ, ce contrôle de température pourrait aller à l'encontre des lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels.

La Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques du Canada stipule que les entreprises ne peuvent recueillir, utiliser ou partager des renseignements personnels qu'avec le consentement valable de la personne, et à des fins jugées raisonnables dans des circonstances données.

Cela doit être nécessaire et proportionné, dit l'avocat.

Avec toutes les preuves qui démontrent l'inefficacité des contrôles de température pour déterminer si quelqu'un est porteur de la COVID-19, je pense qu'il s'agira d'une violation de la loi sur la vie privée.

Une citation de :Paul Champ, avocat spécialisé en droit de la personne

Si la véritable raison pour laquelle ils effectuent des contrôles de température, c'est pour procurer un faux sentiment de sécurité aux passagers, alors ça ne passera tout simplement pas le test si jamais le commissaire à la vie privée enquête, ajoute l'avocat.

Le stockage des données en cause

Paul Champ et Ann Cavoukian partagent par ailleurs des craintes quant à l'utilisation et au stockage des données qu'Air Canada récoltera avec ces contrôles.

Selon Air Canada, les appareils portatifs utilisés pour mesurer la température des passagers ne collectent ni ne stockent aucune information d'identification et les données concernant la température ne sont pas enregistrées.

Or, Mme Cavoukian remet cette affirmation en question. Elle estime que la compagnie se doit de sauvegarder les données et de pouvoir les relier aux clients, dans l'éventualité, par exemple, où un passager qui se verrait refuser d'embarquer dans un avion déciderait d'intenter une poursuite.

Ce serait hautement improbable qu'il n'y ait absolument aucune trace de ces données.

Une citation de :Ann Cavoukian, ex-commissaire à l'information et à la protection de la vie privée

Pour le moment, aucune plainte n'a été déposée auprès du commissaire à la protection de la vie privée du Canada. Les contrôles de température impliquent la collecte d'informations personnelles sensibles, a déclaré Daniel Therrien dans un communiqué envoyé à CBC News.

Par conséquent, nous nous attendons à ce que toute organisation qui lance une telle initiative veille à ce qu'elle soit nécessaire, proportionnée et conforme aux directives et orientations des autorités de santé publique.

Air Canada soutient que les contrôles de température sont conformes à toutes les lois et réglementations applicables et qu'elle a la possibilité de demander l'avis d'un médecin si jamais elle craint qu'un passager ne soit pas apte à voyager.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !