•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une centrale électrique à la biomasse éviterait la fermeture pour l’instant

Une usine en hiver.

La centrale Calstock Power Plant devrait poursuivre ses activités pour le reste de l'année au moins.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Une centrale électrique alimentée à la biomasse près de Hearst devrait poursuivre ses activités au moins jusqu’à la fin de l’année.

La compagnie Atlantic Power Corporation signale que le gouvernement provincial prévoit prolonger de six mois l'entente d'achat d'électricité pour sa centrale Calstock Power Plant qui venait à échéance le mois prochain.

La centrale Calstock Power Plant utilise des résidus de bois d’au moins une scierie locale.

Selon Atlantic Power, la période de six mois doit permettre au gouvernement et aux intervenants d'évaluer le rôle futur de la production d’électricité à partir de la biomasse dans la province, y compris ses répercussions sur l’industrie forestière.

La compagnie précise que l'entente de prolongement n'a pas encore été finalisée.

Bien qu’il soit trop tôt pour prédire comment cette évaluation pourrait influer sur les perspectives d’un nouveau contrat à long terme pour la centrale Calstock, nous félicitons le gouvernement provincial de s’être engagé à poursuivre l’étude des avantages uniques fournis par la production avec la biomasse et de veiller à ne pas prendre de mesure pour fermer la centrale à ce moment, indique Atlantic Power dans le cadre de la présentation de ses résultats financiers du premier trimestre.

La compagnie précise qu’en février, elle s’attendait à ce que la centrale cesse ses activités à l’expiration de l’entente actuelle, en juin, en dépit des efforts de la Ville de Hearst, des syndicats et de l’industrie forestière locale.

Un peu plus tôt, la Municipalité avait indiqué que la centrale électrique était en péril, puisque le gouvernement refusait de prolonger le contrat avec la Société financière de l’industrie de l’électricité de l’Ontario (SFIEO), même à des taux considérablement réduits.

Un homme en veston.

Le maire de Hearst, Roger Sigouin, se réjouit du prolongement de six mois de l'entente d'achat d'électricité avec la centrale Calstock Power Plant.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Hearst, Roger Sigouin, dit avoir été informé par le gouvernement du prolongement de six mois du contrat de la centrale.

C’est une bonne nouvelle, on a six mois pour faire notre ouvrage. On espère que tout le monde va se mettre à la table et trouver la bonne solution pour la garder.

Roger Sigouin, maire de Hearst

Le maire Sigouin affirme que les scieries locales ont besoin de la centrale pour y envoyer leurs résidus forestiers et qu’il s’agit d’une option plus favorable pour l’environnement que l’enfouissement.

Il souligne que la sauvegarde de la centrale permettrait de sauver plusieurs emplois directs et indirects.

Je pense que le gros défi est d’essayer de réduire le tarif pour être capable d’être compétitif, affirme le maire au sujet des discussions qui auront lieu dans les prochains mois.

Dans une déclaration envoyée à Radio-Canada en janvier dernier, un porte-parole du ministère de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines avait indiqué que le ministre Greg Rickford avait demandé à la SFIEO de procéder à un examen indépendant de tous les contrats de production existants.

Il avait ajouté que l’Ontario avait un surplus d’électricité qui répondra à la demande au cours de la prochaine décennie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Emploi