•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les consommateurs se butent à des refus de remboursement de voyage et de vol

 Un pilote à bord d'un Airbus A320-200 d'Air Canada.

Des consommateurs se font refuser des remboursements de voyage ou de vol.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

De nombreux consommateurs dont les voyages ou les vols ont été annulés en raison de la pandémie de la COVID-19 éprouvent des difficultés à se faire rembourser.

Option consommateurs, qui a pour mission de défendre les droits et les intérêts des consommateurs, réclame une intervention rapide des gouvernements pour obliger les transporteurs aériens à rembourser les personnes dont les vols ont été annulés.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, et l'Office des transports du Canada ont récemment été interpellés.

Option consommateurs s'inquiète aussi de l'octroi généralisé de crédits voyages aux consommateurs pour des périodes allant de 12 à 24 mois, des façons de faire qui vont à l'encontre des dispositions du Code civil et de la Loi sur la protection du consommateur.

Les gens dont les voyages ont été annulés au printemps en raison des recommandations gouvernementales se retrouvent dans une situation de force majeure en raison du caractère imprévisible de la pandémie au moment de l'achat.

Si les consommateurs ont acheté leur voyage par une agence, ils sont admissibles à un remboursement d’un Fonds d’indemnisation des clients des agents de voyages. Si le voyage a été acheté sur Internet, votre émetteur de carte de crédit pourrait vous rembourser par une demande de rétrofacturation qui doit être faite par écrit.

Une citation de :Me Élise Thériault, avocate, Option consommateurs

Par contre, les recours diminuent pour les consommateurs qui font l’achat d’un voyage durant la pandémie de la COVID-19.

On ne sait pas, au moment du départ du futur voyage, quelles seront les restrictions et les recommandations des gouvernements, et le caractère imprévisible de la force majeure risque d’être difficile à invoquer, selon Me Thériault, d'Option consommateurs.

En ce qui a trait aux frais mensuels payés pour des abonnements au gym ou pour des cours, les consommateurs qui n’obtiennent pas les services devraient pouvoir être remboursés.

Si les prélèvements continuent d’être faits sur la carte de crédit ou le compte bancaire, des recours sont prévus dans la Loi de protection du consommateur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !