•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre Ford a enfreint les règles de distanciation physique de la province

Doug Ford au lutrin.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Steve Russell

Radio-Canada

De son propre aveu, Doug Ford a enfreint la consigne de restreindre à cinq personnes les rassemblements lorsqu'il a accueilli ses quatre filles chez lui, dimanche, pour la fête des Mères.

« Mes filles nous ont rendu visite. Nous étions donc six. De ma famille directe. Pas de maris, pas de petits amis. Si on peut garder le rassemblement aussi petit que possible… »

Le premier ministre a ensuite expliqué que deux de ses quatre filles ne vivent pas sous son toit.

M. Ford a ensuite tenté de justifier cette décision en affirmant qu’il n’y avait pas d’aînés ou de personnes à risque dans ce « rassemblement ». « Utilisez votre jugement. Ne mettez pas vos parents à risque. Si on peut s’en tenir à de petits rassemblements, on espère que dans les semaines qui viennent, si les chiffres baissent encore, on pourra alors aller visiter [les personnes âgées]. »

Les rassemblements de plus de cinq personnes sont toujours interdits en Ontario. Les personnes qui font partie d’un même ménage sont exemptes de cette règle.

Le Dr Williams bien embêté

Le médecin hygiéniste de la province, le Dr David Williams, a dû répondre à plusieurs questions des journalistes au sujet du comportement du premier ministre durant son point de presse quotidien, lundi. Embêté par les questions, il a tenté de les esquiver avant finalement d’avouer du bout des lèvres que la situation décrite par M. Ford semblait aller à l’encontre de ses recommandations.

La principale mesure de santé publique, comme vous vous en souvenez, était l'obligation pour les personnes - sauf dans la cellule familiale ou la "bulle" - de rester à six pieds de distance, idéalement de rester à la maison, d'avoir très peu d'interaction qui vous rapprocherait de personnes de moins de six pieds. Et [ces règles sont] toujours en place en ce moment.

En conférence de presse.

Le Dr Williams explique que ses enfants lui ont rendu visite en fin de semaine, sans pour autant briser les règles. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

Le Dr Williams a ajouté que ses enfants et ses petits-enfants lui avaient rendu visite en fin de semaine dernière, mais que ceux-ci étaient restés sur le porche et à plus de deux mètres de distance de lui.

La cheffe de l’opposition provinciale, Andrea Horwath, s’est dite désolée de constater les choix faits par le premier ministre. Il est assez clair que si nous sommes toujours dans un état d'urgence, et que les experts de la santé nous conseillent de rester à deux mètres de distance et de ne garder le contact qu'avec votre ménage immédiat, alors c'est ce que les gens devraient faire.

La province a « évité le pire »

M. Ford a par ailleurs affirmé que la province a « évité le pire des scénarios », mais invite les Ontariens à rester vigilants, alors que l'Ontario s’engage dans « le long chemin du déconfinement ».

L’Ontario enregistre une tendance à la baisse des cas de COVID-19 depuis deux semaines.

Le premier ministre a notamment rappelé qu’il souhaitait voir une amélioration constante pendant deux semaines et un nombre de cas quotidiens inférieur à 200 avant de lever les restrictions imposées aux Ontariens.

Si l’Ontario a déjà pris des mesures pour redémarrer une partie de son économie, notamment en permettant la réouverture de certains commerces à condition que ceux-ci puissent livrer les commandes au volant ou les déposer sur le trottoir, plusieurs secteurs de l'économie demeurent fermés.

Le premier ministre affirme que des mesures supplémentaires de redémarrage de l'économie seront annoncées cette semaine.

Doug Ford a cependant refusé de s’avancer sur le plan de réouverture des écoles. Il a plutôt repoussé à la semaine prochaine le dévoilement des mesures de retour en classe et entretenu le doute sur le sort de l’année scolaire en Ontario.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !