•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des postes supprimés au Canadien National de Shawinigan

Un wagon de train.

Un wagon de train arrêté.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Le Canadien National procède à une restructuration, a appris Radio-Canada. Selon nos sources, la baisse du trafic ferroviaire provoquée par la chute de l’économie et de la COVID-19 a forcé l’entreprise à réduire de façon significative son personnel à la gare de triage Garneau de Shawinigan.

Dimanche, des employés ont appris qu’ils s’apprêtaient à effectuer leur dernier quart de travail.

Nous avons la confirmation que 16 de nos 25 membres ont perdu leur emploi. Ce sont des suppressions d’emplois définitives et nous appréhendons malheureusement trois autres suppressions, ce qui ferait passer le nombre d’employés syndiqués de 25 à seulement six, confirme Stéphane Lacroix, le porte-parole du syndicat Teamsters Québec qui représente les employés du département des transports au CN.

Selon leur corps de métier, ces employés gagnent entre 60 000 $ et 90 000 $ par année soutient monsieur Lacroix.

On est dans un contexte de pandémie et de confinement. C’est difficile pour tout le monde partout à travers l’Amérique du Nord. Bien que l’on ait observé une baisse du volume de transports des marchandises, nous ne sommes pas convaincus que ça justifie une perte d’emploi aussi nombreuse, ajoute M. Lacroix.

Pertes d'emplois temporaires?

Le CN explique pour sa part que ces pertes d’emplois sont temporaires et liées à la baisse de l’importation et des exportations partout à travers l’Amérique du Nord. Il est toutefois impossible de dire à quel moment les gens pourraient être rappelés au travail.

La pandémie de COVID-19 a un impact sur les revenus de l'entreprise en raison de la diminution des volumes de marchandises transportées, explique par courriel Jonathan Abecassis, porte-parole du CN. Depuis la fin du troisième trimestre 2019, le CN s'emploie activement à réduire ses coûts par un ajustement temporaire de ses ressources, de ses dépenses et de son personnel.

Cela inclut aussi le retour des locomotives et des wagons loués, le stockage du matériel excédentaire et la réduction de la consommation de carburant, ajoute M. Abecassis.

Aucunes de ces décisions n'ont été prises à la légère, car nous sommes bien conscients de leur impact.

Jonathan Abecassis, porte-parole du CN

Le plan de restructuration ne serait pas encore complété. Il est donc pour le moment impossible de confirmer si les départements d’ingénierie et de mécaniques seront aussi touchés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Transports