•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inquiétudes après un second cas de COVID-19 en prison à Calgary 

Une tour de garde dans une cour de prison.

Les deux cas ne seraient pas liés l'un à l'autre.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Le cas d'un second prisonnier porteur du nouveau coronavirus a été signalé au centre de détention de Calgary, ce qui fait craindre une éclosion qui pourrait être dramatique, selon un avocat qui connaît bien les prisons.

Les deux prisonniers venaient d’arriver et avaient apparemment contracté la maladie à l’extérieur de l'établissement. Les deux cas n'avaient aucun lien, affirme le porte-parole de Services de santé Alberta (AHS), Kerry Williamson.

Les deux hommes ont présenté des symptômes après leur arrivée. Le premier a été admis dans l’établissement le 5 mai, et sa contamination a été annoncée trois jours plus tard.

Le second, qui était arrivé le 4 mai, a été libéré le 7 mai, avec un masque et des informations sur la COVID-19. Sa contamination a été annoncée le samedi 9 mai.

Quarantaine pour les nouveaux détenus

On craint que ce ne soit le début d’une éclosion, dit l’avocat Tom Engel. L’avocat, établi à Edmonton, est le président de l’Association canadienne du droit pénitentiaire.

AHS assure que les deux hommes n’ont pas été en contact avec le reste des prisonniers, étant donné que tous les nouveaux détenus sont placés en quarantaine pendant 14 jours.

Une enquête est en cours pour retrouver toutes les personnes avec qui ils ont pu entrer en contact.

Dépistage systématique

Tous les détenus, sauf cinq, ont subi un test de dépistage, et les employés sont aussi testés. Les résultats ne sont pas encore connus.

AHS dit que des mesures ont été prises au centre de détention pour limiter toute contamination. Les prisonniers prennent leurs repas dans leur cellule et ne sont jamais plus de cinq dans la même pièce.

Tom Engel affirme cependant que des prisonniers lui disent que les précautions d’hygiène nécessaires ne sont pas respectées.

C’est comme un bateau de croisière.

Tom Engel, président de l’Association canadienne du droit pénitentiaire

La population en prison est en moins bonne santé que la moyenne des gens. Alors les prisonniers sont extrêmement vulnérables, fait valoir l’avocat. S’ils attrapent la COVID-19, il y a un risque important de mourir.

Ces cas sont les premiers signalés dans une prison provinciale albertaine. Les établissements fédéraux ont eux recensé 333 contaminations à travers le pays. Quelques dizaines d’agents ont aussi été déclarés positifs.

Un premier décès a été annoncé en Colombie-Britannique en avril. Un autre détenu est mort de la COVID-19 dans une prison fédérale à Laval, au Québec.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir
Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Justice