•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture des écoles primaires et des chantiers de construction au Québec

Le reportage de Sébastien Tanguay

Photo : Reuters / Hannah Mckay

Radio-Canada

Le Québec entame lundi une autre phase importante de son processus de déconfinement, malgré l'inquiétude du premier ministre Justin Trudeau, avec entre autres le retour des enfants sur les bancs d'école et des travailleurs sur les chantiers de construction.

Les enfants peuvent effectuer un retour en classe dans les écoles primaires et dans les services de garde, à l’exception de ceux du Grand Montréal, qui devront attendre jusqu'au 25 mai.

Les parents ne sont pas obligés d'envoyer leurs enfants à l'école primaire ou en service de garde.

Par ailleurs, tous les services de garde peuvent rouvrir : les centres de la petite enfance ainsi que les garderies privées subventionnées ou non subventionnées.

Le gouvernement doit fournir aux éducatrices du matériel de protection pour s'occuper des enfants en bas âge lors de la réouverture des services de garde. Québec offre également des masques aux enseignants qui le désirent.

Pour les écoles secondaires, les cégeps et les universités, un retour n'est pas envisagé avant la fin août.

La construction

Au chapitre de la construction, les secteurs commercial, industriel et institutionnel, les travaux routiers et les grands chantiers d’infrastructures redémarrent avec la mise en place de mesures sanitaires strictes.

Les travailleurs de la construction du Québec ont quitté les chantiers le 24 mars.

Le milieu de la construction et de la rénovation avait amorcé une reprise le 20 avril avec le retour des travailleurs sur les chantiers résidentiels pour effectuer les livraisons d’unités d'habitation prévues d'ici le 31 juillet 2020, et ainsi éviter une crise du logement.

Cette réouverture coïncidait avec le redémarrage de l'industrie minière, des entreprises d'aménagement et d'entretien paysager, des pépinières et des commerces de piscines.

Un ouvrier portant un masque sur un chantier.

Un travailleur de la construction à la réouverture autorisée des chantiers d'unités résidentielles devant être livrées avant le 31 juillet à Terrebonne.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les manufactures

Le secteur manufacturier débute aussi sa relance. Les entreprises de 50 employés et moins peuvent reprendre leurs activités à pleine capacité.

Cependant, pour les compagnies de plus grande taille, il y a une réduction de 50 % pour les employés excédentaires.

Par exemple, une entreprise comptant 250 employés peut permettre à 150 employés de rentrer travailler. La reprise sans restrictions est prévue pour le 25 mai.

Le commerce de détail

Après une pause forcée qui aura duré 40 jours, bon nombre de magasins et boutiques ont repris leurs activités lundi dernier.

Les commerces de l'extérieur de la grande région de Montréal, qui ont un accès depuis la rue, étaient les premiers à pouvoir rouvrir leurs portes.

Initialement prévue pour le 11 mai, la réouverture des commerces de détail du Grand Montréal a été repoussée au 18 mai, puis au 25 mai. Cette décision concerne le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), soit l'île de Montréal et quelque 80 municipalités avoisinantes.

Les centres commerciaux demeurent fermés dans l'ensemble de la province.

Québec n’a pas fait d’annonces concernant la relance de l’industrie de la restauration, du divertissement, des soins corporels, du tourisme, des sports et loisirs.

Barrages routiers

De nombreuses régions de la province commencent aussi leur déconfinement lundi avec la levée des barrages policiers.

C’est le cas du Saguenay—Lac-Saint-Jean, de l’Abitibi, du Témiscamingue, de l'agglomération de La Tuque et de l’Outaouais, à l’exception de Gatineau.

Le gouvernement du Québec invite cependant les citoyens à limiter leurs déplacements non essentiels.

Les premiers barrages avaient été levés lundi dernier dans les Laurentides, dans Lanaudière, dans Chaudière-Appalaches et à Rouyn-Noranda.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique