•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chance qu'on s'a, la musique solidaire en remède à la pandémie

Montage photo montrant des vedettes, comme Lara Fabian, en train de chanter.

«Une chance qu'on s'a» sera diffusée le dimanche 10 mai à 19 h 30.

Photo : TVA/Télé-Québec

Radio-Canada

Au diapason de l'espoir, de la solidarité et de la reconnaissance pour celles et ceux qui luttent contre la pandémie, le mégaspectacle télévisuel Une chance qu’on s’a a tendu le micro à plus de 80 artistes également inspirés par l'heureux événement du jour: la fête des Mères.

Une liste d'invités impressionnante

Plus de 80 artistes ont participé à l’événement télévisé, que ce soit à travers un témoignage ou une prestation, enregistrés sur le plateau de l'émission ou directement chez eux.

Les quelques noms invités au micro avaient de quoi attirer l’attention du public et réunir toutes les générations : Jean-Pierre Ferland, Ginette Reno, Lara Fabian, Marc Dupré, Les Trois Accords, Pier-Luc Funk, Guylaine Tremblay, Passe-Partout, Koriass et Pierre-Yves Lord.

À cette liste se sont ajoutés Céline Dion et Gilles Vigneault, chez qui une petite équipe s’est rendue, tout en restant à l’extérieur, pour enregistrer une interprétation de Gens du pays en duo avec Fred Pellerin.

Quelques collaborations étonnantes ont réuni Louis-Jean Cormier et Lara Fabian à la reprise de S’il suffisait d’aimer (à plus de deux mètres de distance). Charlotte Cardin a également fait équipe avec Marie-Pierre Arthur.

Marc Labrèche sur le plateau de l'émission

Marc Labrèche faisait partie des six animateurs choisis pour présenter l'événement.

Photo : Télé-Québec

Six animateurs se sont relayés pour présenter les artistes : Marie-Claude Barrette, Mélissa Bédard, Marie-Soleil Dion, Pier-Luc Funk, Marc Labrèche et Gildor Roy.

L’écrivaine Kim Thúy, les comédiennes Guylaine Tremblay et Sarah-Jeanne Labrosse ainsi que le joueur de centre Phillip Danault, des Canadiens de Montréal, ont également apporté leur contribution.

En plus d’offrir du contenu artistique au public, Une chance qu'on s'a a proposé des portraits de personnes remarquables et dévouées en cette période de pandémie.

Un premier test pour la reprise des tournages télé

Une chance qu'on s'a est la première production télévisée québécoise d’envergure à voir le jour depuis le début du confinement. Il s'agissait en quelque sorte d'un premier test pour la reprise des tournages télé.

L’équipe de l’émission (laquelle a été pré-enregistrée une semaine avant la diffusion) a mis en place de nouvelles procédures pour assurer une production respectueuse des consignes sanitaires.

Les rendez-vous donnés aux vedettes pour se rendre au tournage ont été espacés; les artistes ont maintenu une distance avec les autres sur le plateau; et les clins d’œil ont remplacé les embrassades à la fin des prestations musicales.

Cela nous a prouvé qu’on est capables de faire des tournages dans un respect total des mesures de sécurité et sanitaires, a expliqué la productrice au contenu Marianne Boulet à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Destinée à soutenir la population québécoise en cette période de crise de la COVID-19, Une chance qu’on s’a visait aussi à recueillir des fonds pour les organismes Les Petits Frères – qui lutte contre l’isolement des personnes âgées de plus de 75 ans – et SOS violence conjugale.

L'émission était diffusée en simultané sur les ondes de TVA et de Télé-Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !