•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Engouement sans précédent pour les paniers biologiques

Une panier rempli de légumes colorés.

Un panier de légumes biologiques

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Les abonnements aux paniers de fruits et légumes biologiques ont tous trouvé preneur en Mauricie cet été. En pleine crise de la COVID-19, ces paniers de produits locaux se sont écoulés à une vitesse record partout dans la province.

Le principe des paniers biologiques est simple : un producteur maraîcher livre une fois par semaine un panier rempli des récoltes de sa ferme. Les livraisons sont effectuées tout l’été et dans certains cas pendant une partie de l’automne.

Dans la région, la ferme La Charrette est passée de 165 paniers en 2019 à 245 paniers cette année. Les abonnements ont tous trouvé preneur deux semaines plus tôt qu’à l’habitude.

Si on avait eu des places pour 300, je pense qu'on aurait facilement eu 300 familles, estime un des cofondateurs, Alexandre Fouillet.

La coopérative La Charrette existe depuis trois ans seulement, mais elle constate un engouement plus marqué pour l’agriculture locale depuis le début de la crise de la COVID-19.

On en a quand même profité pour nourrir nos fils Facebook et Instagram pour aller chercher les gens. Ils sont réceptifs et on a le temps de réfléchir, ce qui se traduit par un support à l'agriculture locale ce qui est vraiment le fun pour nous, explique M. Fouillet.

Les Jardins bio Campanipol constataient déjà un intérêt plus marqué pour les paniers biologiques dans les dernières années. Cette année, leurs abonnements se sont écoulés en 34 jours, soit deux jours plus tôt qu’en 2019.

L'entreprise agricole de Sainte-Geneviève-de-Batiscan espère que cet engouement ne soit pas qu'éphémère.

L'autonomie alimentaire, on veut tendre vers ça. On a tellement d'entreprises québécoises qui ont des belles capacités de production et qui demandent juste à nourrir leur monde. Alors, je pense que c'est le temps de se tourner vers ça, indique la copropriétaire, Florence Lefebvre Saint-Arnaud.

Une tendance provinciale

La Coopérative pour l'agriculture de proximité écologique (CAPE) constate une hausse de 94 % des abonnements par rapport à la même période l'an dernier pour l’ensemble de la province.

Elle estime que la pandémie crée un mouvement pour l'agriculture locale.

Il y a un aspect sécurisant, de savoir qu'en s'abonnant à un panier bio, on vient de sécuriser notre part familiale de légumes pour la saison. Donc, on sait qu'on va avoir accès à des légumes frais, mais aussi variés, à un prix qui est déjà déterminé à l'avance, souligne la présidente de la CAPE, Caroline Poirier.

La crise de la COVID-19 a, selon elle, montré les limites de l’approvisionnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !