•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de risques d’incendie que la normale cet été, croit Ressources naturelles Canada

Un hélicoptère dans les airs. Il est difficile de le voir en raison de l'épaisse fumée dans le ciel.

La saison estivale, souvent marquée par le temps chaud et sec, est propice aux feux forêt en Saskatchewan. Ici, des images du feu de La Ronge, en 2015.

Photo : La Presse canadienne / Ministère de l'Environnement

Radio-Canada

Ressources naturelles Canada (CNRC) prévoit un été chaud et sec à venir ce qui augmentera les risques d’incendie, non seulement en Saskatchewan, mais partout au pays.

C’est ce qui ressort du rapport annuel de CNRC sur la saison des incendies publié cette semaine.

Dans le rapport, on peut lire que la Saskatchewan connaîtra cette année des conditions sèches et chaudes, des conditions idéales pour une saison des feux de forêt dévastatrice.

Le chercheur en écologie forestière de CNRC Yan Boulanger mentionne que les régions où il y a beaucoup d’épinettes et de pins, des espèces qui brûlent facilement, auront un plus grand risque d’incendie.

« La plupart du temps, les grands incendies se produisent surtout dans le centre et le nord de la Saskatchewan », souligne-t-il tout en précisant que des conditions plus propices au feu ne veulent pas automatiquement dire plus de feu.

Yan Boulanger pose dans un champ.

Le chercheur en écologie forestière de Ressources naturelles Canada, Yan Boulanger.

Photo : Fournie par Jean-Sébastien Roy

Il rappelle l’importance pour les gens de faire très attention, car la prévention des incendies d’origine humaine est primordiale. « Moins il y aura de feux déclenchés par les humains, moins il y aura de risques d’un grand incendie lorsque les conditions sont propices au feu », rappelle-t-il.

« Soyez prêts »

La Croix-Rouge conseille aux gens de se préparer à toute éventualité.

« Même si tout le monde se concentre présentement sur la COVID-19, nous rappelons aux gens que les catastrophes naturelles ne s’arrêtent pas », a indiqué le gestionnaire principal de la gestion des urgences pour la Croix-Rouge, David Smith.

Une carte du Canada. Des parties sont colorées pour montrer les risques d'incendie.

Cette carte de Ressources naturelles Canada montre que la Saskatchewan a un risque d'incendie élevé ou extrême sur une bonne partie de son territoire.

Photo : Site web de Ressources naturelles Canada

Selon lui, chaque famille devrait connaître ses risques, avoir un plan pour les gens et les animaux de compagnie et préparer une trousse d’urgence qui devrait comprendre ce dont vous avez besoin pour vivre pendant 72 heures.

David Smith reconnaît que penser à des situations d’urgence peut être anxiogène pour certaines personnes, mais selon lui « le fait de connaître les risques auxquels vous faites face dans votre collectivité et votre région peut contribuer à atténuer le stress. Si quelqu’un sait ce qu’il est susceptible d’affronter, il est mieux préparé mentalement ».

Avec les informations d'Heidi Atter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !