•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élèves bas-laurentiens retournent en classe

file de parents et d'enfants dans un stationnement

Des parents viennent reconduire leurs enfants pour la première fois depuis près de deux mois à l'école du Rocher, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Alexandre Courtemanche

Des centaines d'élèves bas-laurentiens sont retournés en classe, lundi matin, après près de deux mois de congé forcé.

L'école qu'ils ont retrouvée est cependant fort différente de celle qu'ils ont laissée, en mars.

Pour cette rentrée pour le moins singulière, les élèves ont dû se plier à une série de mesures visant à éviter la propagation de la COVID-19.

Dans plusieurs écoles de Rimouski, les enfants ont fait la file, à deux mètres de distance, près de l'école, avant d'être dirigés vers la porte désignée spécifiquement à leur groupe scolaire. Cette porte sera désormais la seule qu'ils utiliseront pour leurs allées et venues à l'école.

Une pancarte indique l'entrée de l'École du Grand-Pavois-de-Sainte-Agnès réservée au premier cycle.

À l'École du Grand-Pavois-de-Sainte-Agnès, trois entrées différentes ont été aménagées pour diviser l'entrée des élèves.

Photo : Radio-Canada

C’est un peu stressant pour tout le monde, estime Alain Cossette, dont les deux filles sont retournées à l'école, lundi matin.

« On voulait avoir un peu de normalité, que les filles revoient leurs amies et finissent l’école. On va s’ajuster à mesure. »

— Une citation de  Alain Cossette, père de deux élèves de l'école Du Rocher-D'Auteuil

Pour préparer le retour des élèves, les aires communes ont été marquées afin de permettre aux élèves de respecter la distanciation physique.

cœurs rouges peints à deux mètres de distance dans une cour d'école

Des cœurs rouges ont été peints au sol par les enseignants afin d'aider les élèves à respecter les règles de distanciation physique.

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

À l’intérieur, des stations de désinfection des mains ont été ajoutées, tandis que les petits élèves demeureront à distance les uns des autres pour faire leurs apprentissages.

On s’organise pour que les enfants apprennent les règles à respecter dans notre nouveau contexte scolaire, précise la directrice de l’école du Rocher-D’Auteuil, Annie Beauchemin.

« Les enfants vont être assis à leurs pupitres, ne pourront pas se promener comme ils le veulent, donc on fait tout ce qu’on peut pour qu’ils soient bien. »

— Une citation de  Annie Beauchemin, directrice de l'école du Rocher-d'Auteuil

Si les élèves semblaient fébriles de retourner à l'école, l'étrangeté de la situation ne leur échappe pas. Il faut prendre ça une chose à la fois, a dit l'un des élèves rencontrés lundi matin.

La réouverture des écoles primaires et des garderies a été annoncée par le gouvernement du Québec à la fin avril, tout en spécifiant qu'aucune famille ne serait forcée d'y envoyer ses enfants.

Au Bas-Saint-Laurent, la majorité des parents ont fait le choix de l'école : plus de 60 % des élèves des commissions scolaires des Phares, du Fleuve-et-des-Lacs et des Monts-et-Marées sont de retour en classe.

élèves en file dehors

Des élèves attendent à deux mètres de distance avant d'aller en classe à l'école du Rocher, à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

Pour la Commission scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup, cette proportion grimpe à 78 %. L'affluence est telle que la commission scolaire a instauré un retour progressif, afin de permettre le respect des mesures de distanciation sociale.

Partout dans la province, des milliers d'écoliers ont repris le chemin de l'école lundi matin. Ils sont les seuls au Canada à reprendre massivement le chemin des classes, au moment où la province continue chaque jour d'enregistrer une centaine de décès liés à la COVID-19.

Avec la collaboration d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !