•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des masques produits à la chaîne par le Cercle des Fermières de Laterrière

L'initiatrice du projet, Chantal Descôteaux, montre l'un des 300 masques fabriqués en trois semaines

Photo : Radio-Canada

Gilles Munger

Les femmes du Cercle des Fermières de Laterrière ont trouvé une façon bien à elles de faire leur part pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Elles fabriquent des masques de protection pour aider la population, exactement comme les Fermières l'avaient fait lors de la Grande Dépression des années 1930.

Ex-militaire et médecin à la base de Bagotville, Chantal Descôteaux a organisé une chaîne de fabrication de masques au Cercle des Fermières de Laterrière. Pour être plus efficace et respecter les règles sanitaires, le travail est partagé.

Chaque Fermière reçoit du matériel chez elle selon l'étape de fabrication qui lui est assignée.

Résultat : plus de 300 masques ont été fabriqués en trois semaines par une douzaine de couturières et cinq femmes qui font de la découpe du tissu.

C'est pas l'équivalent d'un masque N-95, mais on s'entend que si les gens respectent la distanciation, le lavage des mains, puis qu'on rajoute ça, ça fait un plus.

Chantal Descôteaux, responsable des arts textiles au Cercle des Fermières de Laterrière

Les masques en tissus lavables sont fabriqués pour répondre aux recommandations de Santé Canada. Le masque peut inclure un essuie-tout plié en deux ou un filtre à café, conformément aux recommandations du gouvernement fédéral.

Une femme coud un masque.

Chaque bénévole a une tâche bien précise à accomplir.

Photo : Radio-Canada

Du bénévolat qui fait du bien !

Assignée à la découpe, Nathalie Ouellet indique que ce bénévolat lui permet de décrocher après une journée de travail devant l'ordinateur.

Les Fermières, on est là pour l'artisanat, mais on est là aussi pour l'entraide dans la communauté, raconte-t-elle. 

La vice-présidente de l’organisation, Marlène Côté, parle quant à elle d'une bonne façon de prévenir l'anxiété en cette période de crise.

Ça nous sort de notre pensée, on se concentre sur ce qu'on fait avec nos mains.

Elle met les autres Cercles des Fermières au défi de lancer une telle chaîne de production.

L'épicerie Sébastien Blackburn de Laterrière vend les masques 10 $ l'unité sans faire de profit. Les Fermières invitent la population à venir s'en procurer, mais un seul à la fois, question de s'assurer qu'il y en aura pour tout le monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Engagement communautaire