•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préposés aux bénéficiaires : les primes pourraient devenir permanentes

Une jeune femme noire ramène chez lui un homme âgé en fauteuil roulant.

Augmenter la rémunération des préposés aux bénéficiaires par l’intermédiaire d’une prime permettrait au Conseil du Trésor de respecter, comme il s’est engagé à le faire, les principes de relativité de même que la Loi sur l’équité.

Photo : Getty Images

Le gouvernement serait prêt à bonifier dès maintenant la rémunération des préposés aux bénéficiaires à la hauteur des mesures annoncées jeudi pour encourager le personnel de la santé à demeurer en poste. Les négociations se poursuivent pour renouveler les conventions collectives des employés de la fonction publique.

Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, le président du Conseil du Trésor a confirmé que la prime de 100 $ par semaine offerte aux préposés pourrait servir de base à la discussion. Selon Christian Dubé, il faut rendre la profession plus attrayante à long terme, pour pallier le manque de main-d’œuvre.

La nouvelle mesure annoncée jeudi, c’est au moins 12 % [d’augmentation], plus les primes pour les régions chaudes, etc. Je pense que c’est des mesures excessivement importantes et ce sera aux syndiqués de discuter avec leurs centrales.

Or, le problème est d’abord syndical, selon le ministre, qui reproche en particulier à la CSN de subordonner ces augmentations à l’amélioration du traitement de l’ensemble de ses membres.

Ils veulent le beurre et l’argent du beurre en disant : "Oui, on est prêt à le faire pour les préposés aux bénéficiaires, mais il faut que les autres augmentent d’à peu près autant"; et là, je ne peux pas accepter.

Augmentation, oui; prime, non

De son côté, la CSN se dit d’accord avec le principe d’une augmentation spécifique pour les préposés, pourvu que celle-ci soit intégrée au salaire.

Qu’on cesse de nous accuser de refuser des augmentations particulières aux préposés. C’est ce que nous revendiquons : une augmentation spécifique pour ce titre d’emploi intégrée à même le salaire, pas sous la forme d’une prime temporaire.

Jacques Létouneau, président de la CSN

Augmenter la rémunération des préposés aux bénéficiaires par l’intermédiaire d’une prime permettrait au Conseil du Trésor de respecter, comme il s’est engagé à le faire, les principes de relativité de même que la Loi sur l’équité.

Cependant, une prime pourrait aussi être retirée plus facilement par le gouvernement au gré des années, ce que craignent certains dans le milieu syndical.

Entente globale

Le gouvernement n’a pas non plus l’intention de négocier des ententes à la pièce : la bonification du traitement des préposés devra faire partie de l’entente avec les 550 000 employés de l’État québécois.

Tant qu’on n’aura pas d’entente globale, on sera dans le domaine du temporaire, explique le président du Conseil du Trésor.

Il met d'ailleurs les syndiqués en garde contre les risques que cela comporte dans le contexte économique actuel, alors que les coffres de l'État se vident rapidement.

La bonne nouvelle est que les canaux de communication sont ouverts. À la CSN, Jacques Létourneau maintient d’ailleurs qu’une entente avec la CSN sur le salaire des préposés aux bénéficiaires est à portée de main.

Sur les réseaux sociaux, Christian Dubé a ajouté cette précision en réponse au syndicat : Qu’on se comprenne bien, le gouvernement est prêt à offrir une bonification importante de rémunération cotisable permanente aux PAB (et non via des primes, comme le laisse entendre la CSN) à condition d’avoir une entente globale avec l’ensemble des syndiqués de la centrale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !