•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des poules au service à l'auto

Deux hommes livrent des poules dans une camionnette.

Pour une première fois cette année, les gens pouvaient recevoir leurs poules directement à leur véhicule.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Couvoir de Chicoutimi a su s'adapter à la crise de la COVID-19. Vendredi, les gens pouvaient venir chercher leurs poules... au service à l'auto!

En cette ère de distanciation sociale, la journée a été entièrement consacrée à la distribution de centaines de poules aux éleveurs amateurs de la région. Les propriétaires s'attendaient à recevoir environ 700 personnes.

Aujourd'hui, c'est la distribution des poules pondeuses, les fameuses poules qui sont devenues très en demande cette année. Habituellement, le monde entre à l'intérieur, mais là on a sorti nos bureaux à l'extérieur et on fait du service à l'auto. C'est une première, une très grosse première, en plus, avec la neige ce matin, ç'a été un bon défi.

Une citation de :Guillaume Maltais, copropriétaire, Couvoir de Chicoutimi
Des poules.

Les poules urbaines sont maintenant permises à Saguenay.

Photo : Radio-Canada

Plusieurs clients étaient de nouveaux propriétaires, mais d'autres revenaient à leurs anciennes amours. Selon Guillaume Maltais, il y a des anciens clients qui, en ayant plus de temps en raison de la crise, ont décidé de ravoir des poules à la maison.

Un homme parle à un micro.

Guillaume Maltais est un des copropriétaires du Couvoir de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Du côté de La petite ferme d'Alcy, à Saint-Honoré, il a fallu réajuster le tir aussi. Depuis que Saguenay a autorisé les citoyens à avoir jusqu'à quatre poules domestiques, la demande a explosé chez les vendeurs.

Normalement, on s'attend à être capables de combler la demande, puis là, cette année, il a fallu trouver d'autres poules pour combler la demande. Je pense que, même à ça, on n'y arrivera pas. On ne savait pas du tout ce qui s'en venait pour le printemps, puis c'est arrivé vraiment d'un coup sec. La demande est vraiment plus élevée que la normale.

Une citation de :Alex Forgues-Gravel, copropriétaire, La petite ferme d'Alcy

Alex Forgues-Gravel a toutefois réussi à trouver une solution. Son entreprise offre aux gens d'adopter des poules de réforme.

Tous nos fournisseurs étaient déjà complets. Il n'y avait pas de possibilité d'augmenter nos commandes, donc il a fallu se tourner vers les poules de réforme. Ce sont des poules pondeuses industrielles qui tombent à leur retraite. Donc, les gens qui vont adopter ces poules-là vont leur offrir une belle retraite pour quand même avoir environ neuf cocos aux dix jours, a-t-elle expliqué.

Un marché.

Les gens pouvaient venir chercher leurs poules au Couvoir de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

On s'attend à ce que la demande demeure relativement élevée dans les prochaines semaines.

Selon un reportage de Philippe L'Heureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !