•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des chercheurs de l'Alberta développent un test prometteur

Une professionnelle de la santé effectue un test de dépistage de la COVID-19 sur un patient en lui insérant un écouvillon dans le nez.

Le personnel médical est à pied d'oeuvre pour tenter de mettre au jour des cas de contamination à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Stéphanie Rousseau

Des chercheurs de l’Université de Calgary ont développé un test pour la COVID-19 qui serait plus rapide et plus simple d’utilisation que celui déjà sur le marché.

Le nouveau test a été créé par l’équipe du médecin Dylan Pillai, professeur de médecine à l'école de médecine Cummins de l’Université de Calgary et chercheur principal.

Les résultats peuvent être vus à l'œil nu, les produits chimiques requis sont plus faciles d'accès et ne nécessitent pas de réfrigération, dit-il.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Nous avons comparé nos résultats aux tests actuels et nous sommes arrivés à 97 % d’équivalence, ce qui est très similaire, ajoute Dylan Pillai.

Les chercheurs utilisent une technologie appelée LAMP ou l’amplification isotherme induite par boucle, plus simple à utiliser que les tests actuels.

Le médecin et microbiologiste de l’Hôpital de Saint-Boniface Philippe Lagacé-Wiens explique que cette technique n’est pas récente.

C’est une technologie qui existe depuis environ 20 ans et depuis quelques mois l’idée circule qu’elle pourrait être utilisée pour ce virus, explique-t-il.

C’est certainement intéressant et ça démontre qu’il y a une possibilité que ce soit utile pour tester des spécimens humains avec une bonne sensibilité. C’est une bonne nouvelle parce que c’est un test qui est très simple, comparé à d’autres tests dont on se sert couramment pour le virus. C’est intéressant pour des pays en développement ou des laboratoires qui n’ont pas de technologie très avancée, ajoute Philippe Lagacé-Wiens.

Les tests actuels déterminent si une personne est infectée par la COVID-19 à l’aide de la technologie de l'amplification en chaîne par polymérase (PCR), mais ce processus demande des instruments dispendieux.

Le PCR demande un changement très rapide de température, alors ça peut-être assez coûteux. Le LAMP, ça peut se faire tout simplement avec un tube et quelques réactifs et n’importe quel instrument capable de maintenir une température d’environ 70 à 80 degrés, alors un incubateur suffit, explique Philippe Lagacé-Wiens.

Le test est aussi rapide et se fait en une trentaine de minutes.

Dylan Pillai estime qu’il faudra au moins de trois à six mois avant que les essais soient terminés.

Santé Canada a récemment suspendu l'usage de tests développés par l'entreprise Spartan Bioscience, mais la technologie utilisée n'est pas la même que celle des chercheurs de Calgary.

Dylan Pillai rappelle qu'un vaccin pourrait encore prendre des mois avant d'être prêt et qu'entre-temps, les tests sont cruciaux pour bien comprendre l'évolution du virus.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !