•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réinventer son entreprise grâce à une machine à fabriquer des médailles

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Mathieu Boucher et Daniel Riou ont donné un second souffle à leur entreprise grâce à ce qu'ils ont appelé le ConforMasque.

Le reportage de Jean-Philippe Martin

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Groupe Défis est connu à Québec pour les activités sportives qu’il organise pour les entreprises et leurs employés. Lorsque la pandémie a frappé, Daniel Riou et ses partenaires d’affaires ont dû se réinventer pour survivre. Ils l’ont fait grâce à une machine qui fabrique des médailles.

Depuis deux semaines, la machine de découpe au laser fonctionne à plein régime chez Groupe Défis. Cette machine, qui servait à fabriquer des médailles et autres récompenses remises aux participants et bénévoles des activités sportives de l’entreprise, produit maintenant une attache de masque.

Ça nous donne une raison de se lever le matin et d'avoir l'impression de faire quelque chose de bien, raconte Daniel Riou, fondateur de l’entreprise en 2011.

C'est plus motivant aussi comme ça que d'attendre que le temps passe jusqu'au moins cet automne et peut-être l'année prochaine pour tenir des événements.

Une attache à masque.

L'accessoire permet de fixer les bandes élastiques du masque.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Le petit accessoire de plastique permet de fixer les bandes élastiques d’un masque au niveau de la nuque et offre plus de confort pour ceux qui le portent.

Ça fait que les gens ont moins mal derrière les oreilles, explique l’actionnaire et chargé de projet, Mathieu Boucher.

Pour certaines personnes, ça ajoute une tension et le masque est plus serré sur le visage, donc plus sécuritaire.

Dans mon autre vie, j'étais infirmier. Je me suis dit que cet accessoire pourrait faire en sorte d'aider le domaine de la santé.

Mathieu Boucher, chargé de projet, Groupe Défis

Annulations et réflexion

Daniel Riou s’attendait à une année 2020 fort chargée. Après avoir accueilli 10 000 participants l’an dernier lors du Défi Entreprise, le fondateur de cet événement voyait grand.

Ça s'enlignait pour être une très bonne année. On avait des augmentations de participation dans la plupart de nos événements, explique M.Riou.

Toutefois, les rassemblements de masse interdits en raison de la pandémie, les événements prévus au calendrier ont été annulés et Groupe Défis a dû mettre à pied ses employés.

On a fait des mises à pied temporaires, mais pendant ce temps, on a continué à chercher des projets qui pouvaient s'intégrer dans notre mission de promotion de la santé et qui permettraient de ramener les gens à l'emploi.

La réflexion a duré des semaines et Daniel Riou avoue s’être creusé la tête pour trouver une façon de relancer son entreprise.

Je regardais des webinaires qui disaient : il faut regarder en dehors de la boîte. Mais c'est pas si facile que ça. Quand tu es dans une situation problématique, c'est dur de le forcer.

Des projets et de l'optimisme

La solution est finalement venue du fabricant de la machine de découpe laser de l’entreprise qui a proposé un design pour produire ces attaches faites de plastique.

Nous autres, on est parti de ça et on a adapté le fichier et l'image au matériel avec lequel on travaille, explique Mathieu Boucher.

L’entreprise a ainsi pu conserver quatre emplois et profiter de l’aide du gouvernement fédéral pour passer à travers la crise.

On est passé d'une entreprise qui avait zéro revenu, à une entreprise avec certains revenus. Ça nous permet de voir l'avenir avec plus d'optimisme , se réjouit Daniel Riou.

Groupe Défis compte sur un carnet de contacts bien garni pour proposer son produit vendu également en ligne.

L’entreprise songe aussi à développer d’autres accessoires du même genre au cours des prochaines semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !