•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransLink suspend les réductions de service et annule les licenciements

Un chauffeur d'autobus inspecte son véhicule avant de quitter la station centrale à Vancouver.

Après une réduction de voyage et de flotte, TransLink remet ses services sur les rails en prévision de la reprise économique en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La société de transport public de la région de Vancouver, TransLink, déclare qu’elle suspend les coupures de service prévues pour le 18 mai et annule du même coup les avis de licenciement qui pesaient sur environ 1500 employés.

Le mois dernier, TransLink a annoncé des réductions généralisées de la plupart des modes de transport en commun dans la région métropolitaine de Vancouver dans le but d'économiser parce qu'elle perd des dizaines de millions chaque mois en raison de la pandémie de COVID-19.

Les résidents de la région de Vancouver peuvent être assurés qu'ils pourront se remettre au travail.

Une citation de :TransLink

Victoria au secours de TransLink?

Cette décision intervient à la suite des discussions avec la province sur une crise financière imminente pour le service de transport en commun. Le PDG de Translink, Kevin Desmond, affirme qu'il s'agit d'une étape importante dans le redémarrage de l'économie en Colombie-Britannique.

La province et TransLink se disent déterminées à assurer la disponibilité du service de transport en commun alors que la Colombie-Britannique est en train d’assouplir les restrictions et travaille sur une solution globale pour faire face aux répercussions financières de la pandémie sur le fournisseur de transport en commun.

C'est une très bonne journée pour Translink. Cela marque le début de la remise sur pied de Translink.

Une citation de :Ben Murphy, porte-parole, TransLink

Les deux parties affirment qu'elles continueront de demander au gouvernement fédéral une solution nationale aux problèmes des réseaux de transport en commun.

L'intérieur d'un autobus avec des affiches sur certains sièges stipulant qu'ils ne sont pas accessibles.

TransLink maintient la distanciation physique dans ses autobus en condamnant certains sièges et en limitant le nombre de passagers à bord.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Les détails sur la manière dont la sécurité des passagers sera assurée seront révélés dans les jours à venir, indique Ben Murphy. De toute évidence, si nous augmentons les niveaux de service, cela aura à en soi un impact sur la distanciation et ses exigences, explique-t-il.

Un personnel essentiel

Unifor, le syndicat représentant les chauffeurs d'autobus de la région, a déclaré dans un communiqué que les licenciements avaient été évités grâce au financement d'urgence des gouvernements provincial et fédéral. Les opérateurs de transport en commun et le personnel d'entretien des métiers spécialisés sont la cheville ouvrière du réseau de transport urbain, affirme son directeur régional, Gavin McGarrigle.

Ils sont en première ligne avec d'autres héros de la COVID-19 qui font un travail essentiel pour l'économie canadienne en cette période précaire.

Une citation de :Gavin McGarrigle, directeur régional, Unifor

Le financement d'urgence annoncé aujourd'hui [vendredi] aidera à garder les travailleurs des transports en commun afin qu'ils puissent aider d'autres héros de la COVID-19 à continuer leur travail, ajoute Gavin McGarrigle.

Le porte-parole de TransLink, Ben Murphy, a déclaré que l'autorité de transport n'avait pas reçu de financement de la province, mais plutôt une assurance que Victoria et TransLink travailleraient ensemble sur les problèmes financiers de TransLink en raison de l'impact de la COVID-19 sur l'avenir de la société.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !