•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford rejette le déconfinement par régions du Québec

Doug Ford en conférence de presse.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Steve Russell

Radio-Canada

L'Ontario lèvera les mesures de confinement partout dans la province en même temps. Le premier ministre Doug Ford rejette l'approche régionale du Québec, même si le Grand Toronto a beaucoup plus de cas que les autres régions ontariennes.

Au Québec, le gouvernement de François Legault a fixé des dates différentes pour la réouverture des commerces et des écoles dans la région de Montréal, où sont concentrés les cas de COVID-19.

Le médecin hygiéniste en chef de la région de Kingston, qui a quatre fois moins de cas que la moyenne provinciale, pressait cette semaine le gouvernement ontarien d'adopter également une approche régionale.

Le premier ministre Ford a toutefois confirmé jeudi que l'Ontario irait de l'avant avec un déconfinement provincial.

Nous devons diriger la province comme s'il n'y avait qu'une unité [de santé publique], a-t-il affirmé.

Si on relâche les restrictions dans une région, devinez où vont aller tous les résidents de Toronto et de la banlieue s'ils veulent manger au restaurant? Ils vont tous s'agglutiner à Kingston et je ne pense pas que ce serait équitable pour cette région.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Kingston est à plus de deux heures et demie de route de Toronto.

Des approches provinciales différentes

Contrairement au Québec, l'Ontario n'a jamais mis en place de confinement régional ni de barrages policiers entre les régions de la province.

Le Québec permet depuis lundi dernier l'ouverture des commerces ayant une porte donnant sur la rue et les classes doivent reprendre lundi prochain dans les écoles, sauf dans la région de Montréal, où le déconfinement a été reporté au 25 mai.

En Ontario, des commerces saisonniers ont pu recommencer à offrir des commandes à emporter et nombre de magasins peuvent reprendre leurs activités d'ici lundi, s'ils ont un accès extérieur. En revanche, les écoles demeureront fermées partout dans la province au moins jusqu'au 31 mai.

À l'heure actuelle, les taux d'infection dans les régions de Toronto, Ottawa, Windsor-Essex, Peel et York sont de 5 à 6 fois plus élevés que ceux du Nord-Est et du Nord-Ouest de l'Ontario, par exemple.

L'Ontario a plus de 19 000 cas de coronavirus. Plus de 60 % de ces cas sont dans le Grand Toronto.

Pour sa part, le maire de Kingston, Bryan Paterson, affirme qu'une approche unique pour l'ensemble de la province n'est « peut-être pas la meilleure solution si nous devons vivre avec ce virus pendant encore un an et demi » en attendant la mise au point d'un vaccin.

La Colombie-Britannique a elle aussi rejeté cette semaine le déconfinement par régions, même si le nord de la province a été moins touché par la pandémie.

Ce virus ne s'arrête pas aux frontières géographiques. Il faut donc être prudents et prendre des précautions dans l'ensemble de la province, a expliqué la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Politique