•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chance qu'on s'a, un test pour la reprise des tournages télé

Montage photo montrant des vedettes, comme Lara Fabian, en train de chanter.

« Une chance qu'on s'a » sera diffusé le dimanche 10 mai à 19 h 30

Photo : TVA/Télé-Québec

Radio-Canada

Dimanche soir, TVA et Télé-Québec diffuseront le spectacle télévisuel Une chance qu'on s'a, qui réunira environ 80 artistes, dont Céline Dion. Produire cette grande émission de variétés en pleine crise de la COVID-19 a représenté un défi, mais a démontré qu’il est possible d’adapter le tournage d’émissions de variétés à la nouvelle réalité sanitaire.

Émission pensée pour soutenir la population québécoise en temps de pandémie, Une chance qu'on s'a est la première production télévisée d’envergure à voir le jour depuis le début du confinement.

Cette première expérience s’est révélée positive, selon Marianne Boulet, productrice au contenu de cet événement qui se veut rassembleur.

Cela nous a prouvé qu’on est capables de faire des tournages dans un respect total des mesures de sécurité et sanitaires, a-t-elle expliqué à Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Des mesures de distanciation en place

L’équipe de l’émission, qui a été enregistrée la fin de semaine dernière, a mis en place de nouvelles procédures pour assurer une production respectueuse des consignes sanitaires.

Les rendez-vous donnés aux vedettes pour se rendre au tournage ont été espacés, les artistes ont maintenu une distance avec les autres sur le plateau, et les clins d’œil ont remplacé les embrassades à la fin des prestations musicales.

L’équipe de production a, en partie, réutilisé le décor de l’émission La voix, dont les tournages ont été suspendus. Cela a permis de faire appel à moins de personnel technique que s’il avait été nécessaire de monter un décor à partir de zéro.

En plus d’offrir du contenu artistique au public, Une chance qu'on s'a proposera également des portraits de personnes ayant posé des gestes extraordinaires en cette période de pandémie.

Pour filmer ces vidéos, des petites équipes de tournage, composées uniquement de trois personnes, sont allées sur le terrain.

De l'espoir pour les émissions diffusées à l'automne

Désormais, Marianne Boulet, qui travaille en production télévisuelle depuis une dizaine d’années, espère que l’expérience d’Une chance qu'on s'a va donner le coup d’envoi à la reprise des tournages télévisuels.

Je pense qu’on est assez créatifs pour trouver des façons de faire qui vont respecter toutes les règles [de sécurité sanitaire] et qui vont nous permettre de créer du contenu.

Marianne Boulet, productrice de télévision

Cette volonté de relancer les tournages d’émissions de télé cet été est partagée par Denis Dubois, vice-président aux contenus originaux pour Québecor, même s'il reconnaît que la situation est plus complexe pour les tournages de fiction.

La population a besoin de se divertir. [...] On est en mode solution pour pouvoir produire autrement ou peut-être produire autre chose, a-t-il indiqué à Catherine Richer à l’émission Le 15-18.

Selon lui, la situation actuelle pousse le milieu de la télé à revenir davantage à l’essentiel, et le public souhaitera voir du contenu télévisuel plus authentique au cours des prochaines semaines.

De son côté, l'Alliance québécoise des techniciens et techniciennes de l'image et du son (AQTIS) travaille avec l'Association des producteurs médiatiques en vue d'une reprise de certaines productions. Nos membres sont impatients de retourner au travail, a déclaré Gilles Charland, directeur général de l'AQTIS, à Catherine Richer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !