•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La haine n’a pas sa place en Colombie-Britannique », dit le premier ministre John Horgan

Un homme regarde par la fenêtre, sur laquelle des phrases sont tracées au crayon-feutre.

Le Centre culturel chinois de Vancouver a été la cible de graffitis racistes, le vendredi 1er mai.

Photo : Maggie MacPherson/CBC

Radio-Canada

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a dénoncé mercredi une série de crimes haineux, dirigés principalement contre des personnes d’origine asiatique du Grand Vancouver, qui ont fait les manchettes au courant des derniers jours.

La haine n’a pas sa place en Colombie-Britannique, a-t-il déclaré durant une conférence de presse portant sur le plan de redémarrage de l’économie de la province.

À Vancouver, le service de police (VPD) rapporte, depuis le début de l’année, au moins 20 crimes haineux contre des personnes d'origine asiatique.

Ils incluent des graffitis racistes sur l'édifice abritant le Centre culturel chinois, ainsi que des agressions physiques contre une personne âgée dans un dépanneur et contre une femme attendant l'autobus sur la rue Granville.

À titre comparatif, pour toute l’année 2019, ce sont 12 incidents de ce type qui ont été rapportés aux policiers vancouvérois.

Recensement des incidents racistes

Un nombre qui n’inclut pas les actes racistes non criminels, souligne une travailleuse communautaire qui fait souvent du bénévolat dans le quartier chinois de Vancouver, Doris Chow.

Proférer des insultes racistes n’est pas criminel, dit-elle. Est-ce qu’on appelle le VPD pour ça?

Doris Chow affirme avoir été elle-même la cible de tels incidents quatre ou cinq fois depuis le mois de janvier.

Voulant documenter les comportements racistes anti-asiatiques, elle a créé, avec l’aide d’une collègue, Ellen Kim, un formulaire en ligne (Nouvelle fenêtre) afin de collecter des témoignages.

Il est disponible en anglais et en cinq autres langues, et les personnes qui le remplissent peuvent choisir de le faire anonymement, ou non.

Financement d’un organisme antiraciste de Victoria

En réaction à ce qu’il décrit comme une hausse des incidents racistes, le gouvernement de la Colombie-Britannique a par ailleurs annoncé cette semaine qu'elle donnerait 240 000 $ à la société Victoria Immigrant and Refugee Centre.

L’organisation a été fondée par trois anciens réfugiés en 1989. Elle offre du soutien aux nouveaux arrivants et aux réfugiés et aide les différentes communautés asiatiques à mieux faire face à la haine raciale.

Ses membres espèrent rencontrer des leaders communautaires au courant des prochaines semaines.

La province encourage toute organisation qui souhaite mettre sur pied un programme de lutte contre la haine et le racisme à soumettre des propositions de projet d’ici le 19 mai au programme provincial Resilience BC.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !