•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le Manitoba possède depuis longtemps d’importantes institutions culturelles

    Scène du ballet Roméo et Juliette de Serge Prokofiev monté par le Ballet royal de Winnipeg en 1996.

    Le 12 mai 1870 était créée la province du Manitoba. Plusieurs établissements culturels y rayonnent depuis.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    C’est le 12 mai 1870 que la province du Manitoba a été créée. Au cours de ses 150 années d’existence, le Manitoba a vu se développer plusieurs établissements culturels qui font la fierté de sa population.

    L’Université de Saint-Boniface

    Il est bon de souligner que le collège de Saint-Boniface est une de plus anciennes institutions d’enseignement au Canada.

    Roland Leclerc, 2002

    Le jour du Seigneur, 20 janvier 2002

    Le 20 janvier 2002, Le jour du Seigneur, qu’anime Roland Leclerc, va célébrer la messe dominicale au Collège de Saint-Boniface, au Manitoba.

    C’est l’occasion pour l'animateur de rappeler aux téléspectateurs l’importance du Collège de Saint-Boniface comme établissement d’enseignement supérieur en français et de développement de la culture francophone au Manitoba.

    Le Collège de Saint-Boniface a été fondé en 1818 par l’abbé Norbert Provencher.

    En 1871, un an après la création du Manitoba, le collège est incorporé et devient le principal foyer d’enseignement supérieur en français dans les provinces de l’Ouest canadien.

    En 1916, le Manitoba bannit l’enseignement du français dans les écoles publiques.CLe collège, alors institution privée, poursuit néanmoins ses activités.

    Il entre même en rébellion ouverte contre les autorités provinciales en encourageant les écoles publiques à braver l’interdit et à continuer d’enseigner en français.

    Le 1er septembre 2011, le collège est devenu l’Université de Saint-Boniface.

    Téléjournal Manitoba, 17 juin 2011

    Au Téléjournal Manitoba du 17 juin 2011, la rectrice du Collège de Saint-Boniface Raymonde Gagné explique à l’animatrice Marie-Christine Gagnon la raison de ce changement.

    Tout d’abord, il reflète plus fidèlement le niveau des cours dispensés par l’établissement.

    De plus, l’appellation d’université lui permet d’être intégrée aux grands réseaux nord-américains et d'ailleurs dans le monde.

    Cette intégration par ailleurs facilite le recrutement d’étudiants à l’extérieur du Manitoba.

    Il y a présentement 1400 étudiants réguliers à l’Université de Saint-Boniface auxquels s’ajoutent 4000 étudiants à l’éducation permanente.

    Le Cercle Molière

    Si je suis écrivaine aujourd’hui, c’est en grande partie grâce au Cercle Molière parce qu’ils m’ont donné l’amour de la langue, la discipline et l’assurance.

    L’écrivaine Marjolaine Saint-Pierre, 2018

    En 1925, Saint-Boniface assistait à la naissance du Cercle Molière.

    Plus on est de fous, plus on lit, 5 mai 2018

    Le 5 mai 2018, le journaliste-réalisateur Nabi-Alexandre Chartier souligne, dans un reportage web réalisé pour l’émission radio Plus on est de fousplus on lit, que Le Cercle Molière possède un record.

    C'est celui d’être la plus vieille troupe de théâtre, toutes langues confondues, toujours en activité au Canada.

    André Castelein de La Lande, Arthur et Pauline Boutal, Roland Mahé et Geneviève Pelletier ont successivement assuré la direction artistique du théâtre.

    S’ils se sont initialement consacrés à la présentation du grand répertoire français, ils ont aussi encouragé la production du théâtre écrit par des Franco-Manitobains.

    C’est ainsi que l’auteure Gabrielle Roy a écrit des œuvres et s’est produite dans Le Cercle Molière avant d’aller étudier l’art dramatique en Europe.

    Pour la saison 2019-2020, Le Cercle Molière a notamment proposé La cantatrice chauve et La leçon du dramaturge français Eugène Ionesco.

    Le Ballet royal de Winnipeg

    Il y a une atmosphère différente ici à Winnipeg. Le public soutient beaucoup la compagnie et les arts, disons en général.

    Suzanne Rubio, danseuse principale

    C’est en 1953 que la reine Élisabeth II a conféré au Ballet de Winnipeg le titre de royal. C’était une récompense bien méritée.

    Depuis 1939, la compagnie avait pour souci d’atteindre l’excellence.

    Au fil du temps, le Ballet royal de Winnipeg avait acquis une réputation qui dépassait largement les frontières du Manitoba.

    Le journaliste Marc-André Masson a proposé à l’émission Le Point du 4 juin 1996 un portrait de la compagnie.

    Le Point, 4 juin 1996

    On y apprend notamment que la réputation du Ballet royal de Winnipeg est telle que le danseur étoile et chorégraphe russe Mikhaïl Baryshnikov s’assurait toujours de passer par la capitale du Manitoba lorsqu’il était en tournée au Canada.

    Le Ballet royal de Winnipeg possède aussi une école pour la formation des jeunes danseurs. Plus de 80% des élèves proviennent des autres provinces canadiennes et de l’étranger.

    C’est un énorme investissement quand on sait qu’il faut une dizaine d’années pour former un danseur et que cela coûte en moyenne 150 000 $.

    Le reportage de Marc-André Masson témoigne aussi du profond attachement que les Winnipégois éprouvent envers la compagnie de danse.

    Le Ballet royal de Winnipeg n’hésite pas à consulter le public pour savoir quelles œuvres il désire voir sur scène.

    Il propose des collaborations avec des artistes locaux, et les prix des billets sont abordables pour le grand public.

    Durant la saison 2019-2020, la compagnie a pu présenter le ballet Alice au pays des merveilles, inspiré de l’écrivain Lewis Carroll, Casse-Noisette et Le lac des cygnes, du compositeur russe Tchaïkovski.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Société