•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mélissa Ouimet : un chapeau virtuel, des dons et une valeur artistique à préserver

Une femme portant un chapeau sourit en regardant subtilement en regardant la caméra

Depuis le début de la pandémie, Mélissa Ouimet fait des spectacles en direct sur Facebook tous les jeudis et a décidé de demander au public des contributions monétaires sur une base volontaire.

Photo : Radio-Canada

Mélissa Ouimet et son conjoint ont repeint le salon et ajusté l’éclairage pour pouvoir offrir des spectacles en direct tous les jeudis. Si elle le fait d’abord pour faire plaisir aux gens, l’artiste franco-ontarienne a aussi compris qu’elle jouait un rôle important dans la préservation de l’industrie culturelle : elle demande maintenant des contributions volontaires pour ses prestations virtuelles.

Le jeudi soir à 19 h 30 est devenu un moment sacré pour l'auteure-compositrice-interprète Mélissa Ouimet et son conjoint, le vidéaste et musicien Bruno Labrie. Ils s’installent avec leurs instruments devant les caméras judicieusement disposées par Monsieur - pour créer un environnement le plus invitant possible - puis ils jouent de la musique. Et ça peut durer des heures!

On n’est pas médecins, on ne peut pas aller au front, mais on peut faire notre part d’une autre manière et faire du bien aux gens.

Une citation de :Mélissa Ouimet, auteure-compositrice-interprète

Lors de ces rendez-vous sur Facebook en direct, le duo interprète les pièces du répertoire de l’artiste originaire de St-Albert, en plus d’accepter les demandes spéciales du public.

Je me rends compte que les gens sont vraiment là. Ils nous envoient des messages comme quoi ça leur fait du bien d’avoir des jeudis comme ça et nous, ça nous touche vraiment beaucoup, mentionne Mélissa Ouimet, heureuse de retrouver chaque semaine les quelque 600 personnes qui, en moyenne, sont alors au rendez-vous.

Au départ, l’idée de pouvoir continuer à faire de la musique plaisait à l’artiste qui s’ennuie déjà des scènes. Puis, un petit sentiment d’inconfort s’est installé : où faut-il tracer la ligne entre offrir des spectacles gratuits pour conserver le lien avec le public et demander une rétribution pour son travail?

Rémunération alternative

Un plombier ne dirait pas : '' Je viens réparer ta maison gratuitement'', plaisante Mélissa Ouimet. Elle se demande toutefois pourquoi le malaise persiste quand vient le temps de demander de l’argent en échange d’une prestation artistique.

L'auteure-compositrice-interprète se sentait déchirée entre l’idée de faire du bien autour d’elle et la possibilité de sécuriser des revenus qui, sans salles de spectacles ni festivals, se font rares depuis quelques semaines.

J’étais un peu mal à l’aise au début parce que je me disais : ''Hey, il y a des gens qui ont perdu leur emploi", admet-elle. L'artiste a cependant réalisé que certaines personnes lui écrivaient en insistant pour lui remettre une somme après ses spectacles virtuels.

Puis, comme elle le fait elle-même lorsqu’elle s’installe au coin d’une rue de Nashville pour écouter un solo de guitare, Mélissa Ouimet a décidé d'offrir la possibilité au public de signifier volontairement leur appréciation pour son travail. Jusqu'à maintenant, elle a amassé quelques milliers de dollars en moins d'une demi-douzaine de prestations.

En ce moment, il n’y pas de plateforme pour faire payer pour des spectacles. C’est pour ça que j’ai mis un chapeau [virtuel], par solidarité pour mon milieu artistique. J’étais plus à l’aise comme ça.

Une citation de :Mélissa Ouimet, auteure-compositrice-interprète

En attendant de pouvoir refouler une scène lors d'événements culturels, la Franco-Ontarienne est d’avis que les artistes ont une responsabilité face à leur industrie.

Il faut faire attention pour que les gens soient conscients que les spectacles, techniquement ils sont gratuits en ce moment, mais qu’il faut garder la valeur de ça, rappelle-t-elle.

Mélissa Ouimet souligne que les fonds recueillis soutiennent sa création, qui continue malgré tout. De son côté, celle qui a récemment lancé le nouvel extrait In Love Again se dit particulièrement inspirée par ce moment « de pause » qui lui permet de prendre du recul. Elle planche notamment sur d’autres chansons, un vidéoclip et un prochain album à paraître.

Avec les informations de Jean-François Chevrier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !