•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les séjours aux camps Trois-Saumons et Minogami annulés

Deux canots rouges accostés à un quai.

Le camp Minogami, près de Shawinigan, reçoit jusqu'à 1400 jeunes par été.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Paul

Des parents qui espéraient souffler un peu cet été en envoyant leur enfant dans un camp de vacances devront revoir leurs plans. L’organisme Camps Odyssée annonce qu’il ne sera pas en mesure d’ouvrir ses installations aux camps Trois-Saumons et Minogami en raison de la pandémie de COVID-19.

Nous avons le regret de vous annoncer que nous avons pris la déchirante décision de ne pas ouvrir nos camps de vacances l’été prochain, indique le directeur général de Camps Odyssée, Gabriel Bigaouette, dans un courriel envoyé à des parents.

Il affirme que son équipe et lui ont travaillé d’arrache-pied pour tenter de répondre aux exigences sanitaires tout en gardant l’essence de l’expérience d’un camp. Les contraintes liées à la distanciation sociale et à l’interdiction des rassemblements, entre autres, étaient toutefois trop importantes.

Malgré plusieurs scénarios évalués, aucun ne nous permettait de faire des bivouacs autour d’un feu, de partir en expédition sous la tente, de faire du rabaska, de voir se créer la symbiose au sein d’un groupe ou même de mettre en place nos thématiques à grand déploiement, déplore M. Bigaouette.

Remboursement

Il précise qu’un processus d’annulation et de remboursement sera mis en place au cours des prochaines semaines.

Vous pouvez également vous assurer que nous récompenserons votre fidélité en vous offrant en priorité la chance d’inscrire votre enfant à l’été 2021, promet le directeur général de Camps Odyssée.

Le camp Trois-Saumons, en Chaudière-Appalaches, et le camp Minogami, en Mauricie, accueillent plusieurs centaines de jeunes chaque été.

Jusqu'à maintenant, une dizaine de camps ont pris la décision de faire l'impasse sur la saison estivale 2020.

« On a 30 % de nos camps qui croient que dans les indicateurs actuels d'encadrement, ils seraient à même de livrer le programme », précise Éric Beauchemin, directeur général de l'Association des camps du Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Vacances et sorties