•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario dévoile son plan pour la reprise des interventions chirurgicales non urgentes

Environ 76 000 interventions ont été reportées ou annulées depuis le 15 mars, selon un modèle du Bureau de la responsabilité financière de l'Ontario.

Quatre employés médicaux marchent de dos dans un couloir d'hôpital.

Le ministère de la Santé donne ses recommandations aux hôpitaux pour reprendre et planifier progressivement les interventions chirurgicales et les procédures non urgentes qui ont été reportées ou annulées en raison de la pandémie.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le gouvernement Ford dévoile son plan pour remettre au calendrier les opérations non urgentes qui ont été annulées ou reportées en raison de la COVID-19, mais il n'y a toutefois pas de date précise pour cette reprise.

Les lignes directrices pour redémarrer la chirurgie non urgente sont prêtes, mais selon le ministère de la Santé, il faudra des mois avant de rattraper les retards accumulés.

Les opérations liées aux cancers et aux maladies cardiaques sont prioritaires, a expliqué jeudi la ministre de la Santé, Christine Elliott, mais les hôpitaux pourront prioriser selon leurs ressources. Ce sont eux qui seront en mesure d'évaluer leur situation.

Certaines régions de l'Ontario obtiendront ainsi le feu vert avant d'autres pour redémarrer la chirurgie non urgente.

Des patients de régions considérées comme étant en zone rouge et donc plus à risque pourront être déplacés et subir des opérations dans des régions où les hôpitaux ont obtenu le feu vert.

Les critères pour déterminer les zones rouges seront précisés plus tard, et seront adaptés selon les évaluations hebdomadaires que font les hôpitaux sur leurs ressources disponibles.

Depuis le 15 mars, le ministère de la Santé a demandé aux hôpitaux d’annuler ou de reporter les interventions jugées non urgentes.

Afin de pouvoir recommencer des interventions non urgentes, les hôpitaux devront réserver 15 % des lits de soins intensifs pour d’éventuels cas de COVID-19.

Doug Ford porte un veston noir et une cravate avec des motifs violets.

« Nous demandons à chaque hôpital d'élaborer un plan fondé sur les besoins de la collectivité locale et les tendances sur le terrain », dit le premier ministre Doug Ford.

Photo : Radio-Canada

Nous adoptons une approche responsable et progressive pour la reprise des interventions chirurgicales planifiées afin de maintenir la robustesse de notre système de soins de santé, de protéger notre personnel de première ligne et nos patients, et de nous assurer que les hôpitaux provinciaux restent prêts à faire face à toute nouvelle éclosion potentielle de COVID-19, a déclaré le premier ministre, Doug Ford.

Des critères pour les hôpitaux

Le cadre de reprise énonce des critères que les hôpitaux doivent respecter avant de pouvoir reprendre les opérations chirurgicales. Ils devront enregistrer un nombre stable de cas de COVID-19 et disposer d'un approvisionnement stable en équipement de protection individuelle et en médicaments.

Il faudra également que leur capacité en lits d'hospitalisation et de soins intensifs soit suffisante, ainsi qu'en personnel de la santé et que les hôpitaux puissent garantir que les patients recevront les soins pré et postopératoires, a fait savoir le ministère de la Santé.

Une dame avec un veston vert, des cheveux mi-longs blonds.

« Retarder les opérations chirurgicales planifiées a été l'une des décisions les plus difficiles que nous ayons eues à prendre pour répondre à la menace croissante de la COVID-19 », a souligné la ministre de la Santé, Christine Elliott.

Photo : Radio-Canada

Les hôpitaux ont reçu ces directives jeudi.

La ministre Elliott indique que la province n'était pas prête à les donner avant et devait d'abord régler des enjeux de matériel et de personnel.

Par ailleurs, les horaires des salles d'opération seront prolongés et les listes d’attente pour les interventions centralisées par région lorsque nécessaire.

Pour ce qui est des soins pré et postopératoires, la province recommande aussi aux hôpitaux de privilégier les rencontres virtuelles lorsque c'est possible.

De nombreuses opérations en attente

Jusqu'à maintenant, environ 76 000 interventions auraient été reportées ou annulées depuis le 15 mars, selon un modèle du Bureau de la responsabilité financière de l'Ontario.

Santé Ontario estime que cela prendra des semaines, voire des mois, pour rattraper les arriérés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !