•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendies de tours cellulaires : deux jeunes adultes plaident non coupables

Un véhicule de la police de Blainville près d’une tour de télécommunications.

La tour de télécommunications située sur le boulevard Michèle-Bohec à Blainville a été la cible d’un incendie criminel.

Photo : Radio-Canada / Alain Beland

Radio-Canada

Deux jeunes dans la vingtaine ont chacun plaidé non coupables à quatre chefs d'accusation, soit deux chefs d'incendie criminel et deux autres de méfait, à la suite d'incendies qui ont touché une tour de transmission à Saint-Jérôme et une autre à Blainville, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Justin-Philippe Pauley et Jessica Kallas demeurent détenus pour le moment, puisque la Couronne s'est opposée à leur remise en liberté. Leurs dossiers doivent revenir devant la cour – par visioconférence – vendredi.

Les deux accusés ont été arrêtés vers 1 h 30 par la Sûreté du Québec (SQ), dans la nuit de mercredi à jeudi, dans le secteur de Sainte-Adèle. Les policiers avaient une bonne description du véhicule des suspects. Ils ont été conduits au quartier général de la SQ à Mascouche.

Les tours de transmission sont la propriété de Telus.

Justin-Philippe Pauley est âgé de 28 ans et demeure à Sainte-Adèle. Jessica Kallas a 25 ans et elle est domiciliée à Laval.

Ce sont deux patrouilleurs de la police de Saint-Jérôme qui avaient remarqué des flammes dans la tour située sur le chemin de la Rivière-du-Nord, non loin de l’autoroute 15 nord, à Saint-Jérôme.

Les pompiers ont rapidement éteint l’incendie qui a causé des dommages mineurs.

Une heure plus tard, un autre incendie a été signalé à Blainville, sur le boulevard Michèle-Bohec. Là aussi, les dommages étaient mineurs.

Acharnement contre des tours de transmission

Au cours des derniers jours, d'autres incendies de tours de télécommunications avaient été signalés. Une enquête est d'ailleurs toujours en cours pour déterminer si les deux accusés sont également liés à ces méfaits.

Mercredi matin, il s'agissait d'une tour dans le quartier Fabreville, à Laval.

Deux jours plus tôt, deux autres tours avaient été endommagées par les flammes, à quelques minutes d'intervalle, à Prévost et à Piedmont.

Trois jours plus tôt, le 1er mai, une première tour avait été incendiée à Laval. Dans ce cas, les dommages sont estimés à plus d’un million de dollars.

Cette série d’incendies criminels survient alors que des théories du complot associent la cinquième génération (5G) du réseau de communications mobiles à l'éclatement de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

De fausses informations au sujet de la 5G et du coronavirus, partagées des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, avancent que les nouvelles installations 5G ont créé le virus.

La 5G est une norme technologique que les entreprises de téléphonie cellulaire déploient progressivement partout dans le monde.

Il semble toutefois que la plupart des tours visées par ces incendies criminels depuis une semaine ne comportent pas la technologie 5G.

Avec les informations de Karine Bastien et de Geneviève Garon

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Grand Montréal

Crimes et délits