•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario inspecte par téléphone un foyer pour aînés frappé par des morts

Les inspecteurs n'ont relevé aucun problème, rétorque la résidence pour personnes âgées.

Vue extérieure du foyer Ida Grafton Gage.

Le foyer Ida Grafton Gage a été frappé par une éclosion mortelle de COVID-19.

Photo : CBC/John Badcock

Radio-Canada

Le syndicat des employés du foyer pour aînés Ina Grafton Gage à Toronto dénonce le fait que les inspecteurs provinciaux n'ont pas visité en personne la résidence aux prises avec une éclosion mortelle de COVID-19, se contentant d'inspections au téléphone.

Jusqu'à maintenant, 15 résidents du foyer sont morts de complications liées au coronavirus; 40 autres aînés et 25 employés ont été infectés.

Le Syndicat international des employés des services (SEIU) avait porté plainte le mois dernier auprès du ministère du Travail, affirmant que l'établissement n'avait pas de protocole adéquat de contrôle des infections et manquait d'équipement protecteur pour ses membres.

Des inspections ont été menées le 13 et le 23 avril dernier, mais uniquement par téléphone, selon CBC News. Les inspecteurs ont interrogé au téléphone le personnel et la direction du foyer.

À ma connaissance, les inspecteurs ne veulent pas aller au front et se rendre dans les lieux de travail où il y a des infections.

Ricardo McKenzie, porte-parole du syndicat SEIU

Fini les inspections en personne?

La porte-parole du ministère du Travail, Janet Deline, n'a pas voulu préciser si la province avait donné la directive aux inspecteurs d'éviter le plus possible les lieux de travail touchés par la COVID-19.

Elle affirme que les inspecteurs assurent un suivi des plaintes en personne ou au téléphone « selon les circonstances » et que des inspections en personne ont lieu, « si nécessaire ».

Nous avons des mesures et des procédures en place pour assurer la sécurité des inspecteurs du Ministère et du personnel et des résidents dans ces lieux de travail, si nous effectuons une visite, ajoute-t-elle.

Mme Deline soutient que ces mesures visent aussi à protéger ces populations vulnérables en réduisant les contacts et le risque d'exposer les aînés à la COVID-19.

Aucun problème, assure le foyer

On ne sait pas combien des 15 décès survenus au foyer Ina Grafton Gage ont eu lieu avant les inspections provinciales.

De son côté, l'établissement assure avoir fait preuve de vigilance contre la COVID-19 et avoir fourni en tout temps de l'équipement protecteur aux employés.

Les inspections ont confirmé que toutes les mesures de contrôle des infections nécessaires étaient fermement en place.

Nicola Major, porte-parole du groupe Responsive (qui gère le foyer)

Le syndicat des employés soupçonne, pour sa part, qu'un travailleur malade soit à l'origine de l'éclosion et affirme que le foyer n'a pas isolé les résidents infectés des autres. L'établissement n'a pas répondu à cette allégation.

L'infirmier Patrick Skerritt, qui travaille au foyer, se demande combien de décès auraient pu être évités, s'il y avait eu une inspection en personne le mois dernier : Je ne dis pas qu'on aurait pu empêcher l'éclosion mortelle, mais je pense qu'on aurait pu réduire le nombre de personnes qui ont été infectées et qui sont mortes.

Le syndicat SEIU a porté plainte auprès de la Commission des relations de travail de l'Ontario.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario
Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !