•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les applications de livraison de repas frustrent les propriétaires de restaurant à Ottawa

Un chauffeur d'UberEats se prépare à livrer un repas.

Un chauffeur d'UberEats se prépare à livrer un repas.

Photo : Reuters

Radio-Canada

Comme de nombreux restaurants encore ouverts pendant la pandémie de la COVID-19, à Freshii Westboro, les livraisons de repas sont devenues la principale source de revenus.

Mais pour la propriétaire Karla Briones, s'appuyer sur des sociétés tierces pour mettre ses sandwichs entre les mains de ses clients lui coûte très cher.

Uber Eats, DoorDash et SkipTheDishes sont les plus gros, et ils avalent de 25 à 30 % de la facture.

Une citation de :Karla Briones, propriétaire d'une succursale Freshii

La propriétaire dit qu'elle pourrait composer avec le paiement des commissions élevées avant la pandémie de la COVID-19, alors que les livraisons ne représentaient qu'un dixième de ses ventes totales.

Photo de Karla Briones au milieu du restaurant vide.

Karla Briones, propriétaire du restaurant Freshii Westboro à Ottawa, a déclaré que la commission de 25 à 30% versée aux entreprises de livraison de repas telles lui laisse une faible marge de profit.

Photo : Karla Briones

Mais depuis la pandémie, les livraisons avec des applications tierces représentent les deux tiers de ses ventes, ce qui signifie qu'il lui faut vendre beaucoup de sandwichs pour atteindre au moins le seuil de rentabilité.

C'est malheureusement un mal nécessaire, car tout le monde a une ou deux applications sur son téléphone en ce moment, a-t-elle déclaré.

Je pourrais offrir [la livraison] à l’interne, mais cela signifierait davantage d'investissement, ajoute-t-elle.

Uber Eats dit avoir apporté des changements

Dans un communiqué, un porte-parole d'Uber Eats a souligné que les plateformes tierces aident les restaurants à générer des revenus et que la société s'est adaptée pour soutenir les restaurateurs pendant la pandémie.

Uber Eats a déclaré avoir réduit sa commission de 15 % pour les restaurants qui choisissent d'utiliser leurs propres employés pour livrer, tout en renonçant aux frais de livraison normalement facturés aux clients des entreprises indépendantes, qui varient de 0,99 $ à 4,99 $.

Aucun de ces rabais n'aide Mme Briones, car elle n'a pas ses propres chauffeurs et, bien qu'elle soit indépendante, son restaurant est une franchise.

Lancement d'une autre option de livraison locale

Le restaurant de Mme Briones n'est pas non plus admissible à un nouveau service de livraison basé à Ottawa lancé au début de la crise pour aider les restaurateurs indépendants locaux.

Love Local Delivery a été créé par des restaurateurs et Karen Wood de Knock on Wood, une société de conseil en communication spécialisée dans la restauration.

Karen Wood regarde la caméra.

Karen Wood a cofondé un nouveau service de livraison à Ottawa pour les restaurants indépendants.

Photo : Karen Wood

La motivation était d'aider la communauté à survivre à la crise et à faciliter la transition vers les plats à emporter et la livraison sans avoir à payer [...] les frais associés aux principales applications de livraison

Une citation de :Karen Wood, Knock on Wood

Plutôt qu'un système de commission, les restaurants admissibles paient le service 2 $ tandis que le client paie 5 $ pour que son repas soit livré jusqu'à cinq kilomètres du restaurant, plus 1,50 $ pour chaque kilomètre supplémentaire.

Nous voulions simplement être vraiment transparents dans le modèle de calcul des coûts, a déclaré Mme Wood.

La livraison peut être indiquée comme étant gratuite, mais ce n'est pas gratuit parce que dans le fond, le restaurant absorbe le coût et il paie beaucoup, soutient Mme Wood. Avec les marges de profits réduites, ce n'est tout simplement pas durable.

Depuis son lancement le 19 mars, Love Local Delivery a signé des ententes avec 53 restaurants indépendants, principalement au centre-ville d'Ottawa

Mme Wood a déclaré que les clients doivent présentement appeler le restaurant pour passer une commande, mais son regroupement prévoit lancer leur propre application dans les semaines à venir.

Avec les informations de Giacomo Panico

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !