•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les personnes âgées de 60 à 69 ans peuvent retourner au travail, dit Québec

Les syndicats d'enseignantes et d'éducatrices en garderie sont confus.

Horacio Arruda, la main levée.

Le directeur de santé publique, Horacio Arruda, a expliqué qu'il y avait une différence entre une enseignante qui est en contact avec des enfants dans un milieu contrôlé et des grands-parents qui voient leurs petits-enfants.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Quelques jours après leur avoir dit de rester à la maison, le gouvernement Legault tente maintenant de rassurer les sexagénaires en affirmant qu'il est sécuritaire pour eux de retourner travailler.

Plusieurs enseignants et éducateurs sont inquiets pour leur santé et ça se comprend, a indiqué la vice-première ministre Geneviève Guilbault, mercredi après-midi, alors qu'elle remplaçait François Legault pour la conférence de presse quotidienne du gouvernement du Québec. C'est compréhensible que des gens puissent avoir des inquiétudes.

Tout indique pourtant que les travailleurs âgés de 60 à 69 ans ne pourront pas invoquer leur âge pour éviter de rentrer au travail conformément au plan de déconfinement des écoles primaires et des services de garde présenté la semaine dernière, qui prévoit une réouverture graduelle des établissements à compter de lundi.

La santé publique a établi le facteur de risque à 70 ans et non à 60 ans, a indiqué Mme Guilbault. À partir de 70 ans, le risque de développer des complications est plus important, [...] mais en bas de 70 ans, les gens peuvent retourner travailler [...] à condition de respecter les consignes de la santé publique.

Plus spécifiquement, la vice-première ministre a affirmé que ce sera possible pour les éducateurs et les enseignants âgés entre 60 et 69 ans de reprendre le travail dès la semaine prochaine s'ils respectent ces consignes.

Les syndicats n'ont pas tardé à réagir pour s'étonner du fait que Québec demande aux enseignants et aux éducateurs de revenir travailler auprès des enfants, alors qu'il leur est encore interdit de garder leurs petits-fils et leurs petites-filles.

Dans un communiqué transmis en fin de journée mercredi, la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) demande des clarifications.

Alors qu’il y a cinq jours, un document dont la diffusion a été autorisée par le ministre de l’Éducation recommandait aux enseignantes et enseignants de plus de 60 ans de retarder leur retour au travail à septembre 2020, une mise à jour de ce document acheminée aujourd’hui laisse croire que ces personnes devront retourner au travail, écrit-elle.

Sur quelles études scientifiques se base la Direction de la santé publique du Québec pour modifier sa propre recommandation et qui fait que des personnes qui étaient à risque il y a cinq jours ne le sont plus aujourd’hui?

Extrait du communiqué de la FAE

La CSQ et la FTQ dénoncent pour leur part l'improvisation du gouvernement.

La première estime que cette nouvelle consigne ébranle la confiance des travailleuses et des travailleurs à un moment charnière du déconfinement et rappelle que le ministère de la Famille avait lui aussi recommandé à tous ses employés âgés de 60 ans et plus de demeurer à la maison parce qu'ils étaient considérés à risque.

La seconde souligne que ses membres craignent de revenir à la maison avec le coronavirus et de contaminer leur proche, puisque depuis le début de la pandémie, la santé publique envoie le message que les gens de 60 ans et plus sont les plus à risque, qu’ils ne doivent pas s’exposer inutilement et qu’ils doivent rester à la maison.

Une question de « contexte »

Interrogé sur ces appréhensions, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a expliqué que le contexte n'est pas le même pour quelqu'un de plus de 60 ans qui travaille en garderie que pour un grand-parent qui garde ses propres petits-enfants.

Dans un contexte de réouverture de garderies, les éducateurs auront de l'équipement de protection personnel, comme des masques, et il y aura des mesures de distanciation sociale, a-t-il illustré, ajoutant que les travailleurs aux prises avec des problèmes de santé seront toujours priés de rester à la maison.

Ces précautions ne pouvant être assurées en dehors d'un contexte professionnel, il ne faut pas que les gens pensent que grand-maman peut garder ses petits-enfants si elle a 67 ans ou 69 ans, a spécifié le Dr Arruda. Ce n'est pas le même contexte.

En date de mercredi, les personnes âgées de 60 ans à 69 ans représentaient 6,5 % des décès et 9,7 % des malades, alors qu'elles constituaient 13,3 % de la population du Québec en général.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Société