•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des anniversaires pas banals en temps de pandémie

Sur un parterre gazonné, des ballons et une affiche portant l'inscription :  "Klaxonnez, fête à Jackie" sont installés.

La mère de Jackie Le Braceur a installé des pancartes devant la maison familiale pour inciter les automobilistes à souligner les 18 ans de sa fille.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Malgré le confinement, des familles gaspésiennes font preuve de créativité pour organiser des célébrations dans le respect des mesures de distanciation physique.

Le jour de ses 18 ans, Jackie Le Braceur de Carleton-sur-Mer s’est réveillée au son des klaxons.

Je me demandais pourquoi ça klaxonnait, raconte la jeune femme. Mon père m’a dit d’aller voir dehors, et c’est là que j’ai compris que tout le monde me souhaitait bonne fête.

Durant le sommeil de Jackie, sa mère a pris soin d’installer des affiches à l’extérieur de la maison située le long de la route 132, afin que les automobilistes prennent part à la fête en passant. Elle voulait que l'atteinte de la majorité de sa fille ne passe pas inaperçue.

La jeune femme sourit à la caméra, devant l'une des affiches incitant les automobilistes à klaxonner.

Jackie Le Braceur était ravie de son anniversaire, même si ce n'était pas le plan imaginé avant la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Bien que la jeune Gaspésienne s’imaginait fêter son 18e anniversaire dans les bars de Québec avec ses amis, elle considère que son anniversaire en confinement est un succès.

Des gens que je ne connais pas m’ont souhaité bonne fête, lance Jackie. J’ai fait un appel sur Zoom avec mes amis. C’est super le fun, c’est excitant! Je n’aurais pas pensé ça pour mes 18 ans.

Même si j’étais encabanée chez moi, c’est certain que je vais me rappeler de mes 18 ans toute ma vie.

Jackie Le Braceur
Une banderole sur laquelle ces mots ont été écrits : "18 ans, shooter" est accrochée aux barreaux d'un balcon avec des grappes de ballons.

La mère de Jackie avait même installé une banderole au 2e étage et promettait d'offrir un «shooter» à sa fille.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Une chorale familiale à Gesgapegiag

Le matin de son 63e anniversaire, Roger Lee Martin a reçu un bref appel d’un de ses fils lui demandant s’il était à la maison. Après avoir confirmé que c’était bel et bien le cas, M. Martin s’est fait raccrocher au nez.

Quelques minutes plus tard, il a compris la raison de cette impolitesse. Plusieurs voitures étaient stationnées dans sa cour. À bord se trouvaient 15 de ses 16 enfants et petits-enfants.

En respectant la distance de deux mètres entre chaque famille, ils ont entonné la chanson « Happy birthday », banderoles et ballons dans les mains.

Des enfants et des adultes avec des pancartes

Le 63e anniversaire de Roger Lee Martin n'est pas passé inaperçu.

Photo : Avec l'autorisation de Roger Lee Martin

J’étais touché de voir tout le monde chanter, mes enfants et mes petits-enfants tous rassemblés malgré la pandémie.

Roger Lee Martin

Même un gâteau fait maison a été déposé sur le balcon, où Roger Lee Martin observait la scène, ému.

Nous autres, dans la famille Martin, on est très proche, explique M. Martin. Ils m’ont surpris parce que d’habitude je ne fête pas mon anniversaire. C’est quelque chose qui m’a touché au coeur. J’avais la voix enrouée et des larmes de joie.

La famille Martin en était déjà à son 3e anniversaire célébré de la sorte et ce qui devient presque une tradition par la force des choses devrait se poursuivre en mai avec deux autres anniversaires au calendrier.

Des membres de la famille de Roger Lee Martin rassemblés dans la cour.

Des membres de la famille de Roger Lee Martin rassemblés dans la cour.

Photo : Avec l'autorisation de Roger Lee Martin

Un défilé privé pour Mathias

Pour ses 9 ans, Mathias Arbour a eu droit a un défilé surprise, devant la maison familiale du rang Thivierge à Bonaventure.

Des gens assis avec une file de voitures en arrière plan

Le petit Mathias (à gauche), accompagné des membres de sa famille, découvre qu'une série de voitures vont défiler pour sa fête.

Photo : Avec l'autorisation de Marilou Levasseur

Sa mère, Marilou Levasseur a décidé d’organiser l’événement, après avoir vu ce type de célébrations sur les réseaux sociaux.

C’est le cadet de la famille, ça nous crevait le cœur qu'il n’ait pas droit à une fête à hauteur de ses attentes en raison de la COVID-19. Finalement, sa fête a duré trois jours et a culminé avec un défilé.

Marilou Levasseur, maman du petit Mathias

Une dizaine de voitures rassemblant des proches de Mathias ont pris part à l'événement. Tous les participants du défilé ont pris soin de décorer leurs voitures, de mettre de la musique d'ambiance et de klaxonner bruyamment. Même des voisins ou des voitures circulant par hasard dans le coin ont pris part à la fête.

Une voiture décorée avec des gens déguisés à bord.

Des gens déguisés et des voitures décorées ont défilé devant Mathias qui ne tenait pas sur place.

Photo : Avec l'autorisation de Marilou Levasseur

C’était cool, tout le monde avait des décorations sur leur auto. J’étais énervé et content.

Mathias Arbour

Même un flamand rose gérant a pris part au défilé, grâce au talent d’un membre de la famille spécialisé dans la manipulation de ballons.

Une file de voitures devancée par un flamand rose géant.

Les klaxons se sont fait entendre durant quelques minutes dans le rang Thivierge.

Photo : Avec l'autorisation de Marilou Levasseur

Ça a suscité beaucoup de surprise du fêté, explique Marilou Levasseur, mais de toute la famille aussi. On était bien impressionnés!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Fêtes et réceptions