•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau cas confirmé de COVID-19 en Abitibi-Témiscamingue

Un homme s'apprête à subir un test de dépistage de la COVID-19 par une professionnelle de la santé.

Un test de dépistage (archives)

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Un nouveau cas de COVID-19 a été confirmé en Abitibi-Témiscamingue, portant le total de cas à 150.

Il s'agit d'un premier cas confirmé depuis le 22 avril pour la région. Une personne de plus est toutefois rétablie, ce qui fait en sorte qu'il reste toujours deux cas actifs, tous deux hospitalisés.

Selon le CISSS-AT, cette personne n'aurait pas été infectée en Abitibi-Témiscamingue, mais plutôt dans une autre région. La donnée a été comptabilisée en Abitibi-Témiscamingue mardi. Je ne veux pas en dire trop, mais je voulais juste vous mentionner que l'exposition a eu lieu dans une autre région, précise la directrice de la Santé publique par intérim, Dre Omobola Sobanjo.

Elle rappelle qu'il est important de continuer à respecter les consignes de la santé publique, même pour les entreprises qui reprennent leurs activités.

La Santé publique contactera d'ailleurs les entreprises au cours des prochains jours pour leur offrir du soutien et leur donner les informations sur les mesures nécessaires à mettre en place.

Dre Sobanjo souligne qu'il serait dommage de perdre les habitudes acquises au cours des deux derniers mois en raison d'un relâchement.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Elle souligne qu'il y a aura d'autres cas confirmés à venir, mais que la Santé publique souhaite s'assurer de limiter les contacts de ces personnes infectées afin d'éviter une deuxième vague.

La PDG du CISSS-AT, Caroline Roy, a tenu à revenir sur les annonces concernant les résidences privées pour aînés, spécifiant que celles-ci doivent permettre les sorties dès maintenant, sans notion d'âge, tout comme les personnes à domicile.

Elle souligne également qu'à compter du 11 mai, de nouvelles mesures seront mises en place pour permettre un plus grand accès aux proches aidants dans les milieux de vie. Il s'agit toutefois des proches aidants significatifs uniquement, qui s'occupaient déjà d'un ainé auparavant.

À l'approche de la fête des Mères, Mme Roy a également tenu à rappeler les mesures à suivre pour la livraison d'un paquet dans les résidences. On le sait, depuis la mise en place de la COVID, à partir du moment où une personne veut pouvoir recevoir un bien ou une livraison à l'intérieur d'un milieu de vie, le bien doit être livré à l'entrée puis la résidence s'assure de bien désinfecter le matériel qui est livré pour pouvoir l'apporter directement à la chambre du résident pour pouvoir lui offrir, rappelle-t-elle.

Évidemment, on sera tous tentés d'offrir à nos mères et nos grand-mères un présent. Cette modalité-là continue de s'appliquer, donc les gens vont être invités à faire livrer un bien ou un présent à la résidence comme telle, mais vous ne pourrez pas vous présenter directement à la chambre du résident, ajoute Mme Roy.

Caroline Roy écoute une personne hors-champ durant une séance du conseil d'administration.

La PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue, Caroline Roy

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Concernant l'annonce de la ministre de la Santé, Danielle McCann, en lien avec la santé mentale, Mme Roy affirme que le CISSS-AT sera en mesure d'offrir du support psychologique supplémentaire, notamment en faisant appel à des professionnels du privé au besoin, mais qu'elle ignore quel montant sera alloué à la région.

Présentement, je vous rassure, on n'a toujours pas d'augmentation de demande, on n'a toujours pas non plus d'indicateur, à la fois au niveau des organismes communautaires ou à l'interne de notre établissement, qu'il y a une demande croissante ou une situation qui est davantage préoccupante en région. Mais c'est en anticipation et en préparation qu'on va recevoir ce montant là et bonifier nos équipes, précise-t-elle.

Le CISSS-AT compte par ailleurs 12 employés partis travailler dans les CHSLD de la grande région de Montréal en ce moment.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique