•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre des Pêches promet un soutien aux pêcheurs « dans quelques jours »

Un casier de pêche avec un soleil qui se lève à l'horizon sur la mer.

La saison printanière de la pêche au homard débute le 15 mai 2020.

Photo : Radio-Canada / René Godin

Radio-Canada

L’aide financière pour les pêcheurs du Canada atlantique est pour bientôt, assure la ministre fédérale des Pêches, Bernadette Jordan. Cette déclaration intervient alors que la pandémie de la COVID-19 suscite des préoccupations économiques et sanitaires importantes pour cette industrie.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Nous savons que les pêcheurs vont avoir des moments très difficiles cette saison et nous aurons plus d’informations sur ce sujet et sur ce que nous pourrons faire dans les jours à venir, a déclaré la ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne mardi lors d’une séance virtuelle du Parlement.

La pandémie a déjà retardé le début de la saison de pêche du homard dans le golfe du Saint-Laurent. Les transformateurs craignent l’effondrement de la demande et leur capacité à traiter en toute sécurité la surabondance du produit lorsque les prises débarqueront après l’ouverture de la saison fixée au 15 mai.

La Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Bernadette Jordan.

La Ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Bernadette Jordan.

Photo : CBC

Une somme de 252 millions de dollars a été annoncée mardi pour venir en aide aux agriculteurs et aux transformateurs alimentaires canadiens.

Les groupes comme l’Union des pêcheurs des Maritimes (UPM) exercent une pression sur la ministre. L'UPM représente 1300 pêcheurs de homards en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick.

L’UPM explique, contrairement à ce que dit la ministre Jordan, que les pêcheurs ne sont pas admissibles aux récentes aides financières proposées par le fédéral en soutien aux entreprises et aux autres secteurs des ressources naturelles.

Dans un communiqué publié mardi, l’UPM demande :

  • La prolongation des prestations d’assurance-emploi.
  • L’exonération et/ou le remboursement de tous frais fédéraux pour 2020.
    (frais de permis, frais d’enregistrement de navire, frais de quai, etc.)
  • Un programme adapté de subventions salariales.
  • Un programme élargi de prêts sans intérêts.

La pandémie a déjà retardé le début de la très lucrative saison de pêche printanière du homard dans le golfe du Saint-Laurent. La ministre a répété mardi qu’elle était en consultation avec l’industrie.

Le pêcheur de homard du Cap-Breton Kevin Squires, qui est également président de l’UPM locale, a annoncé que ces homologues et lui tentent de comprendre si le gouvernement les soutient.

Nous avons besoin de plus qu’une garantie d’argent ou d’aide immédiate. Nous voulons être rassurés que si la saison est écourtée et mauvaise, nous aurons quelque chose sur quoi nous appuyer lorsqu’elle sera passée, a expliqué M. Squires.

Le homard de la fête des Mères

Malgré les preuves que la demande mondiale de produits de luxe a chuté, la valeur du homard fait actuellement exception à la tendance, passant de 4 $ à 7 $ la livre en Nouvelle-Écosse.

M. Squires a affirmé qu’il souhaite que cette majoration ne soit pas que temporairement provoquée par la fête des Mères, le dimanche 10 mai.

Nous espérons que le prix ne baissera pas davantage, mais avec le nombre de bateaux qui vont pêcher le 15 mai, nous craignons qu’un tel afflux d’approvisionnement ne cause des problèmes sur le marché.

Kevin Squires, pêcheur de homard du Cap-Breton et président local de l'Union des pêcheurs des Maritimes

Les prix actuels sont néanmoins bien inférieurs aux 13 $ la livre atteints avant la pandémie, mais ne causent pas pour le moment un effondrement financier.

Avec les informations de Paul Withers de CBC News.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !