•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie touristique en désaccord avec la pétition pour garder la Côte-Nord fermée

Plusieurs touristes prennent des photos et admirent le paysage de la Côte-Nord.

La saison estivale est très importante pour l'industrie touristique nord-côtière (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des représentants de l’industrie touristique et des élus de la région sont en désaccord avec les revendications d’une pétition lancée par une citoyenne de la Côte-Nord dimanche.

À ce jour, plus de 3500 personnes ont signé pour demander que l'accès à la région demeure limité aux déplacements essentiels, jusqu'à ce qu'un vaccin pour la COVID-19 soit disponible.

Le directeur de Tourisme Côte-Nord, Mario Leblanc, rappelle toutefois que la pandémie actuelle est un choc brutal pour l’industrie du tourisme.

Impatientes et inquiètes, les entreprises touristiques de la région souhaitent accueillir des visiteurs provenant des autres régions cet été.

On fait des tournées de nos membres et on ne sent pas de division, on sent plutôt de l’indécision par rapport à quel niveau d’opération sera déployé, explique le directeur.

Les gens [de l’industrie touristique] souhaitent ouvrir.

Mario Leblanc, directeur Tourisme Côte-Nord

On était sur une très belle lancée et on espère qu’on va pouvoir reprendre notre élan dans les prochaines années, dit M. Leblanc.

En avril, Tourisme Côte-Nord a publié sur les réseaux sociaux un guide de distanciation sociale à l’image de la région.

Série d’infographies sur le concept de distanciation sociale ; se tenir à deux Gilles Vigneault de distance pour la municipalité de Nathasquan.

Campagne publicitaire de Tourisme Côte-Nord relative à la COVID-19

Photo :  Facebook / @tourismecotenord

Cependant, les effets collatéraux de la pétition se font déjà sentir, indique le président de la Chambre de commerce de Manicouagan, Antonio Hortas.

On envoie un très mauvais message. J’en ai déjà des échos de Montréal et Québec qui notent la réticence et la peur.

Antonio Hortas, président chambre de commerce de Manicouagan

Il est important de trouver des solutions maintenant, car l’industrie touristique n’est pas au bout de ses peines en matière de gestion de crise, estime le président. On doit apprendre à vivre avec le coronavirus, il sera présent pour quelque mois, peut-être quelques années avant d’avoir un vaccin, pense M. Hortas.

Faire confiance à la santé publique

Les élus et les intervenants du milieu touristique semblent toutefois unanimes : la Santé publique a décrété l’ouverture de la région le 18 mai et il faut lui faire confiance.

Le maire de L'Île-d'Anticosti et coprésident de Tourisme Côte-Nord, John Pineault, estime qu’il est du devoir de chacun de respecter les mesures mises en place.

Je pense qu’il y a une nouvelle réalité et je pense que cette nouvelle réalité va faire en sorte que chacun va prendre la responsabilité pour lui-même, affirme M. Pineault.

John Pineault, maire de la municipalité de l'ìle d'Anticosti.

John Pineault, coprésident de Tourisme Côte-Nord (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le propriétaire de la Ferme 5 étoiles de Sacré-Cœur, et coprésident également de Tourisme Côte-Nord, Yanick Morin, est du même avis que John Pineault. Il pense que le respect des mesures sanitaires permettra de se protéger contre la COVID-19.

Moi je pense que c’est de mettre en péril, pas une industrie, pas nécessairement les industries du tourisme, mais des industries, estime M. Morin.

John Pineault, Yannick Morin, Mario Leblanc et Antonio Hortas ont le même mot d’ordre : il faut faire confiance à la Direction nationale de la santé publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !