•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine ne veut pas d'enquête internationale avant la « victoire finale » sur le virus

Pékin n'est « pas allergique à toute forme d'enquête », plaide un ambassadeur chinois, mais « nous n'avons pas de temps à perdre pour sauver des vies ».

Des étudiants sont assis à des pupitres qui sont protégés par des panneaux de plexiglas.

Dans la province de Hubei, les finissants de 121 collèges sont de retour en classe mercredi. Des mesures de protection ont été mises en place.

Photo : Getty Images / AFP/STR

Agence France-Presse

La Chine refuse une enquête internationale sur l'origine du nouveau coronavirus tant que la pandémie et les accusations américaines visant Pékin continuent de se propager, a déclaré mercredi l'ambassadeur chinois auprès des Nations unies à Genève.

La première priorité est de se concentrer sur la lutte contre la pandémie jusqu'à la victoire finale, a déclaré Chen Xu au cours d'une conférence de presse par visioconférence.

Interrogé sur une invitation attendue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour envoyer des experts à Wuhan, berceau de la pandémie, M. Chen a estimé que le contexte diplomatique ne le permettait pas, dénonçant les déclarations de dirigeants américains selon lesquels le virus s'est propagé depuis un laboratoire de recherche virologique à Wuhan.

Nous ne pouvons tolérer que ce genre de virus politique se propage librement [...] alors que tous les efforts doivent être portés sur la lutte contre le vrai virus.

Chen Xu, ambassadeur chinois auprès de l'ONU à Genève
Un écran montre la température d'élèves qui entrent en classe.

Dans ce collège de Wuhan, des moyens technologiques sont déployés pour vérifier la température des étudiants.

Photo : Getty Images / AFP/STR

Nous ne sommes pas allergiques par principe à toute forme d'enquête ou évaluation, car celles-ci permettent de préparer les urgences sanitaires à venir, mais nous n'avons pas de temps à perdre pour sauver des vies, a souligné le diplomate.

Quant à savoir si et comment une invitation à l'OMS peut intervenir, nous devons pour le moment d'une part définir les bonnes priorités et d'autre part nous avons besoin d'une bonne atmosphère, a-t-il ajouté.

Il a accusé le président américain Donald Trump et son secrétaire d'État Mike Pompeo, lesquels affirment détenir les preuves que le nouveau coronavirus provient d'un laboratoire de recherche virologique à Wuhan, de mettre en difficulté la lutte contre la pandémie en essayant de détourner l'attention de leur propre responsabilité dans la propagation du virus aux États-Unis.

Des dizaines de personnes marchent dans une allée piétonne.

À Pékin, la vie continue de reprendre son cours, mais le port du masque est généralisé.

Photo : Getty Images / Kevin Frayer

Pressé de démentir les allégations américaines, M. Chen a fait valoir qu'il n'était pas en position de se prononcer.

Si le président Trump ou M. Pompeo ont les preuves, qu'ils les présentent au monde entier plutôt que de pointer du doigt [...]. Ce sont les scientifiques qui peuvent répondre à ces questions, a-t-il affirmé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International