•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hockeyeuse rouynorandienne Sarah-Ève Coutu-Godbout fait le saut chez les professionnels

La hockeyeuse Sarah-Ève Coutu-Godbout porte un chandail de hockey et pose dans un grand hall d'entrée.

La hockeyeuse Sarah-Ève Coutu-Godbout, de Rouyn-Noranda.

Photo : Gracieuseté de Marc-Olivier Thibault

Marc-Olivier Thibault

La Rouynorandienne Sarah-Ève Coutu-Godbout a été repêchée par une équipe de la Ligue nationale de hockey féminin (NWHL). Il s’agit du plus haut niveau de hockey professionnel pour une athlète féminine en Amérique du Nord.

Le tout s’est produit samedi dernier, le 2 mai.

Coutu-Godbout avait inscrit son nom sur la liste des joueuses autonomes de la ligue. Elle n’avait pas porté attention à ce processus puisqu’elle avait pris la décision d’aller jouer en Suède la saison prochaine.

Or, cette fois elle s’est laissée tenter par le repêchage de la NWHL. Trente minutes après son inscription, deux offres lui ont été acheminées.

Pour écouter l'entrevue complète avec Sarah-Ève Coutu-Godbout, cliquez ici.

Oui, c’est surprenant, c’est flatteur, raconte Sarah-Ève avec le sourire dans la voix. Après avoir parlé aux deux organisations, elles m’ont même dit que si que j’avais inscrit mon nom avant, j’aurais été repêchée dans la première ronde! Mais, au final, j’ai une équipe pour l’an prochain et c’est ça le principal.

Toronto

Après avoir passé les quatre dernières années de sa carrière dans la première division du programme universitaire américain, l’athlète de 22 ans fera finalement le saut chez les professionnels avec la franchise de Toronto.

Le journaliste de Radio-Canada Alexandre Gascon annonçait la venue du club dans son articleLa Ligue nationale de hockey féminin s'installe à Toronto. On y apprend que la ligue a été mise sur pied par un groupe d'investisseurs dirigé par l'ancienne capitaine de l'équipe universitaire de Harvard, Johanna Boynton.

La National Women Hockey League est en grande difficulté financière

La National Women Hockey League

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

L’équipe n’a pas encore de nom puisqu’il s’agit d’une équipe d’expansion qui devient ainsi la première organisation canadienne de la NWHL.

Sarah-Ève Coutu-Godbout se considère privilégiée de participer à la naissance d’une équipe de sport professionnel, surtout une équipe canadienne.

C’est super flatteur de participer à la saison inaugurale, dit-elle. On s’attend à être beaucoup dans les médias canadiens, on va tenter d’aller chercher le maximum de fans et de faire la promotion de la ligue et du hockey féminin.

Sarah-Eve devra tout de même se trouver un deuxième emploi en plus jouer au hockey. Son contrat vient avec des avantages et des dépenses payées, ainsi qu’un salaire, mais celui-ci est à des années lumières de ce que les hommes gagnent dans la LNH. Il s’agit néanmoins d’une avancée pour les hockeyeuses.

C’est un contrat d’un an. C’est souvent le cas au hockey féminin, des contrats d’un an, précise-t-elle.

Sarah-Ève Coutu-Godbout porte un chandail de hockey et pose debout en tenant un bâton de hockey.

La hockeyeuse de Rouyn-Noranda Sarah-Ève Coutu-Godbout a été repêchée par l'équipe torontoise de la Ligue nationale de hockey féminin.

Photo : Gracieuseté de Marc-Olivier Thibault

Dans son article cité plus haut, Alexandre Gascon nous apprend aussi que NWHL a l'intention de partager 50 % des revenus des contrats avec les médias et les commandites avec les joueuses, de façon à bonifier le salaire de celles-ci.

Au moment d’écrire ces lignes, la Rouynorandienne est la seule Québécoise au sein de la formation torontoise.

Avenir incertain

Cette bonne nouvelle est toutefois assombrie par le nuage de la COVID-19.

Impossible de savoir quand et comment se jouera la prochaine saison de hockey précise Coutu-Godbout. Tout est incertain. La ligue n’est à pas l'abri de reports, explique-t-elle. Peut-être que l’on ne va pas commencer la saison normalement, mais, pour l’instant, les dirigeants font comme si tout allait se dérouler pour le mieux.

Si tout se déroule pour le mieux, il sera possible de voir la Rouynorandienne sur la glace lors du match inaugural de la franchise prévu pour novembre prochain. Il faudra surveiller le numéro 24.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Hockey féminin