•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une médaille pour la motivation et la persévérance

Un couple et leur deux enfants montrent les médailles qu'ils ont reçues pour avoir réaliser le défi Ça va bien aller.

Les défis proposés par Les courses virtuelles peuvent être réalisés individuellement ou en famille.

Photo : Courtoisie / Frédéric Houde

Les amateurs de course à pied n’ont pas été privés de la pratique de leur sport favori, mais ne pourront prendre part à des événements de groupe cet été, en raison de la pandémie de la COVID-19.

Les coureurs à la recherche d’une motivation supplémentaire peuvent compter sur Frédéric Houde qui a créé, il y a un peu plus de trois ans, la compagnie Les courses virtuelles.

Son entreprise propose des courses virtuelles, mais qui n’ont de virtuelles que le nom. Quand on participe à une telle course, on court réellement et on reçoit une vraie médaille.

L'avantage, c'est qu'on peut courir au moment qui nous convient.

En visitant le site, on peut choisir le défi qui nous intéresse. Il peut s’agir d’un marathon ou d’un demi-marathon, d’une course de un, de cinq, ou de dix kilomètres ou encore d’un nombre précis de kilomètres à courir pendant une certaine période.

Quand les gens décident de participer à un défi, ils reçoivent une médaille ainsi qu’un dossard.

Le concept est américain, mais rien n’existait en français, déclare Frédéric Houde, c’est pourquoi j’ai décidé de me lancer dans l’aventure en 2017.

À l’origine, celui qui a créé l’entreprise pensait surtout à ceux qui ne peuvent pas se rendre à des événements de course, que ce soit en raison de conflit d’horaire, d’obligations familiales ou, par exemple, parce qu’ils habitent trop loin du lieu de l’événement.

Quelques mois après le lancement, l’entreprise avait le vent dans les voiles, mais depuis un an, l’intérêt n’y était plus vraiment. Le fondateur avoue que l’entreprise était devenue un passe-temps et que ses ventes étaient presque inexistantes.

Je dirais que c’était au point mort avant le début de la pandémie. J’ai moi-même perdu mon emploi le 12 mars et j’ai décidé de relancer le concept.

Frédéric Houde, fondateur Les courses virtuelles

L’homme d’affaires et adepte de sport a rapidement constaté qu’il y avait une grande demande pour son produit.

Les gens avaient besoin de défis et notre concept tombait à point. Il a vraiment repris vie depuis une quarantaine de jours.

Frédéric Houde estime que jusqu’à maintenant, ce sont de six à sept mille personnes qui ont décidé de relever un des défis qu’il propose.

On a créé des défis en lien avec la pandémie, comme le défi ça va bien aller, on a aussi des défis pour ceux qu’on appelle nos anges gardiens, en santé, en éducation ou en transport par exemple.

Frédéric Houde croit que le sport est une des bouées de sauvetage pour passer au travers de cette période difficile. 

Notre but c’est de faire bouger les gens. On ne peut plus faire de sport d’équipe, la course va toujours demeurer le sport par excellence pour garder la forme, ou pour se remettre en forme.

Frédéric Houde, fondateur Les courses virtuelles

Comme il ne s’attend pas à un retour des compétitions pour bientôt, monsieur Houde entend lancer d’autres défis au cours des prochains mois. Il dit aussi devoir revoir ses propres commandes de médailles, car des défis plus intemporels comme « 100 km en mai » ou « mon premier 10 km » connaissent aussi un regain de popularité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Course

Sports