•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les visites de proches aidants, « une logistique très complexe » à Montréal

Une affichette posée devant le CHSLD sur laquelle on peut lire : « On vous aime, aînée(es) et employé(es) ».

De nombreux foyers pour aînés de Montréal sont durement touchés par la COVID-19, ce qui pourrait rendre les nouvelles directives de Québec difficiles à implanter.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L'assouplissement des règles entourant les visites de proches aidants dans les foyers pour personnes âgées est accueilli favorablement par la santé publique de Montréal. La nouvelle directive de Québec risque toutefois d'être « très complexe » à implanter dans la métropole, qui demeure l'épicentre de la pandémie dans la province.

Québec a annoncé mardi que plusieurs restrictions touchant les aînés seront relâchées. C'est notamment le cas des visites de proches aidants, au sujet desquelles « on change de paradigme ».

Depuis le 15 avril, ces derniers pouvaient demander à venir prendre soin d'un proche afin de prêter main-forte au personnel des résidences. Or, plusieurs établissements ont refusé cette aide, faute de pouvoir fournir l'équipement de protection nécessaire ou de disposer de personnel pour encadrer les visites.

En point de presse mardi, le directeur national de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a affirmé que le « fardeau de la preuve » sera désormais renversé : les résidences devront se justifier auprès du ministère pour refuser l'accès à un proche aidant.

Cette décision a été accueillie favorablement par la santé publique de Montréal, même si sa directrice, la Dre Mylène Drouin, y voit un défi pour les gestionnaires de résidences déjà débordés par le recrutement et la formation du nouveau personnel, en plus de veiller à ce que les mesures de protection soient respectées.

L'intégration des proches aidants est quand même une logistique très complexe dans un contexte comme Montréal. [...] Donc, c'est comme un élément de plus.

Dre Mylène Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal

C'est toujours à la fois un enjeu de bien les préparer à entrer dans ces centres-là, tout en contrôlant les infections pour ne pas aggraver la situation, puisqu'on sait qu'on a encore plusieurs lieux chauds, a dit la Dre Drouin, en entrevue à 24|60.

Montréal compte présentement 16 991 cas confirmés de COVID-19. Il s'agit d'environ la moitié des cas de la province, qui en comporte 33 417. La métropole cumule aussi plus de la moitié des décès du Québec, soit 1488 sur un total de 2397.

En date du 4 mai, 135 centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ou résidences privées pour aînés (RPA) de la métropole recensaient au moins un cas de COVID-19 parmi leurs résidents.

Des conditions encore floues

La Dre Drouin estime que l'intensification du dépistage devrait permettre de mieux isoler les personnes qui sont infectées, qu'elles soient asymptomatiques ou non. Ainsi, en contrôlant bien les accès aux zones dites chaudes ou froides, il sera possible d'accueillir les proches aidants de manière sécuritaire.

Nous, on a toujours dit qu'il y avait possibilité pour les proches aidants d'y aller, mais évidemment, il y a un consentement éclairé, parce qu'on n'est pas à risque zéro, a-t-elle toutefois précisé.

Je pense que les établissements souhaitent intégrer les proches aidants, mais il faut le faire comme il faut, a-t-elle prévenu, à la fois pour que les gens comprennent le risque, mais aussi pour éviter d'empirer la situation dans ces lieux-là.

Les conditions auxquelles les proches aidants devront se plier pour pouvoir effectuer leurs visites demeurent toutefois floues, notamment pour savoir s'ils pourront se rendre en zone chaude et dans quelles occasions ils devront fournir un test de dépistage.

La Dre Drouin a laissé entendre que chaque CHSLD ou résidence devra travailler avec les proches aidants qu'ils connaissent bien.

Il faut voir comment on opérationnalise le tout dans une région comme Montréal, a-t-elle dit, affirmant qu'elle venait tout juste, elle-même, de prendre connaissance de la nouvelle directive émise en haut lieu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Établissement de santé