•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les résidences pour religieux appellent Québec à l'aide

Une statue de Marie devant un couvent.

Quelque 8200 religieux et religieuses vivent dans des établissements liés à l'ATTIR.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

L'Association des trésorières et des trésoriers des instituts religieux (ATTIR) demande à Québec de traiter équitablement les employés oeuvrant dans les résidences pour religieux et religieuses, où sévit, là aussi, la COVID-19, mais qui n'ont pas droit à la même aide pour soigner les malades et prendre soin des aînés.

Dans une lettre ouverte transmise au gouvernement Legault à la fin d'avril, puis réacheminée mardi, après une absence de réponse de la part de Québec, l'ATTIR soutient que la pandémie a eu un impact important sur un réseau de résidences, infirmeries et autres centres d'hébergement pour religieux qui se trouvait déjà dans une situation financière difficile.

Nos membres vivent avec des dizaines de cas d'employés atteints de la COVID-19, et de nombreux postes sont non pourvus à cause de l'absence au travail d'un très grand nombre de personnes, employés, gestionnaires et religieuses, peut-on lire dans la lettre.

Les personnes en poste sont en voie de devenir exténuées, ajoute-t-on.

Pis encore, mentionne l'ATTIR, plusieurs employés ont quitté leur poste pour plutôt aller prêter main-forte dans le réseau public, en raison de conditions salariales plus intéressantes que celles des résidences pour religieux.

Environ 8200 personnes vivent dans les établissements du réseau, précise la lettre.

L'Association présente donc deux recommandations au gouvernement du Québec pour rectifier la situation : d'abord, que ses employés obtiennent les mêmes primes et rehaussements salariaux que ceux récemment annoncés par la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais.

Ensuite, l'ATTIR demande à la santé publique d'assurer l'acheminement des équipements de protection nécessaires dans les établissements de son réseau, afin de protéger ses travailleurs et ses résidents.

La situation est critique pour des centaines de religieux(euses) dans plusieurs institutions : il est essentiel de sécuriser les personnes résidentes, tout autant que les employés, soutient Claire Houde, présidente du conseil d'administration de l'Association.

Mme Houde demande par ailleurs au premier ministre François Legault d'intervenir rapidement pour éviter une multiplication des cas d'infection et des décès attribuables au coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !